International
URL courte
2571
S'abonner

L'ancien commandant de la prison américaine de Guantanamo, le général Geoffrey Miller, pourrait être accusé "d'enlèvements et de tortures".

Le drapeau américain
© East News. UPI Photo / eyevine
Les enquêteurs français se proposent d'auditionner l'ex-commandant de Guantanamo, le général américain Geoffrey Miller, à la demande de deux anciens détenus français de ce centre de détention, rapportent les médias en référence à une source judiciaire. 

Ces deux Français ont obtenu gain de cause devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, et le général américain risque d'être accusé d'enlèvements et de tortures, selon la source. 

Arrêtés par les forces américaines en Afghanistan avant d'être transférés vers la base américaine de Guantanamo, à Cuba, les plaignants y ont été détenus entre 2001 et 2005, avant d'être envoyés en France.

En janvier 2002, les Américains ont ouvert un centre de détention sur leur base navale de Guantanamo Bay à Cuba, pour y emprisonner les personnes considérées comme particulièrement dangereuses pour la sécurité des Etats-Unis. La plupart ont été arrêtées en Afghanistan.

En règle générale, les détenus de Guantanamo n'ont été ni inculpés ni jugés, sachant que certains doivent l'être pour des condamnations liées aux attentats du 11 septembre. Or, malgré un arrêt de la Cour suprême des Etats-Unis qui stipule que les détenus ont le droit de contester et d'obtenir un examen de la légalité de leur détention, certains n'ont toujours pas obtenu de réponse quant à leur demande d'examen. Certains ont réussi à obtenir un transfert, pour la plupart des détenus yéménites, mais le gouvernement américain a mis en avant l'insécurité dans leur pays d'origine pour retarder leur départ.

En 2009, le président Barack Obama s'était engagé à fermer cette prison. Le transfèrement des détenus de Guantanamo vers l'étranger est régulièrement entravé par les républicains, majoritaires à la Chambre des représentants du Congrès.

Le 20 décembre dernier, M.Obama a appelé de nouveau le Congrès à fermer le centre de détention de Guantanamo où 122 personnes sont actuellement incarcérées.

Par ailleurs, le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'homme a plus d'une fois indiqué dans ses rapports annuels, que les tortures et les punitions collectives pratiquées par les services secrets américains après le 11 septembre 2001 avaient incontestablement contribué à la recrudescence du terrorisme international.

Lire aussi:

La CIA accusée de brutalités et de tortures
Tortures dans les prisons de la CIA: pas de justification possible (Ankara)
L’Armée de l’air d’un pays maghrébin classée première puissance en Afrique par Military Watch Magazine
Un astéroïde frôlera la Terre en septembre, passant cinq fois plus près que la Lune, avertit la NASA
Tags:
tortures, base navale de Guantanamo, Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HDCH), Congrès des États-Unis, Barack Obama, Geoffrey Miller, Cuba, États-Unis, Afghanistan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook