International
URL courte
Opération militaire au Yémen (2015) (122)
0 257
S'abonner

Les événements en cours au Yémen montrent que les pays arabes n'attendent plus l'ingérence des Etats-Unis dans la région, d'après le magazine National Interest.

L'opération militaire conjointe lancée par les pays arabes au Yémen montre que le monde arabe n'a plus besoin de l'ingérence des Etats-Unis dans les affaires de la région, estime le magazine National Interest

"A l'époque de Saddam Hussein, les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux ont entamé une opération militaire dans la région suite à l'invasion irakienne au Koweït, alors que les pays arabes ont passivement rejoint la coalition. Mais la semaine dernière, l'Arabie saoudite n'a pas attendu l'autorisation des Etats-Unis ou d'un autre pays pour former une coalition de pays arabes", indiqué le magazine. 

Une coalition réunissant l'Arabie saoudite et d'autres pays du Golfe, ainsi que l'Egypte, la Jordanie et le Soudan a lancé fin mars une opération militaire contre les rebelles chiites Houthis qui contrôlent la majeure partie du territoire yéménite et la capitale Sanaa. La coalition a effectué des frappes aériennes contre plusieurs sites de Sanaa. L'opération est appelée à rendre le pouvoir au président Abd Rabbo Mansour Hadi qui a fui le pays. 

Selon le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch, l'intention de la coalition d'écraser l'ennemi par la force armée ne réglera pas la situation, les deux parties doivent se mettre à la table des négociations.

Dossier:
Opération militaire au Yémen (2015) (122)

Lire aussi:

Expert: les USA remercient l’Egypte pour son engagement au Yémen
"Tempête de fermeté": le Soudan prêt à envoyer 6.000 soldats au Yémen
Yémen: des dizaines d'hommes armés débarquent dans le port d'Aden
Yémen: la coalition arabe pourrait lancer une opération terrestre très prochainement
Tags:
Houthis, opération militaire, Barack Obama, Arabie Saoudite, Yémen, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook