Ecoutez Radio Sputnik
    Nigel Farage

    GB: un leader eurosceptique appelle à réduire la pression migratoire

    © REUTERS / Luke MacGregor
    International
    URL courte
    0 261

    Selon Nigel Farage, la Grande-Bretagne ne peut plus continuer à accueillir des immigrés, notamment en provenance des anciens pays communistes.

    La Grande-Bretagne ne peut pas laisser les portes ouvertes aux immigrés en provenance des anciens pays socialistes, a estimé jeudi le leader du Parti de l'indépendance du Royaume-Uni (Ukip, eurosceptique), Nigel Farage, lors d'un débat télévisé.

    "Je voudrais vous poser une question: en tant que pays membre de l'UE, que pouvons-nous faire pour contrôler l'immigration? Rien! Nous avons les portes ouvertes aux ressortissants de dix anciens pays soviétiques (pays de l'ancien camp socialiste) et de l'UE. L'immigration, ce n'est pas simplement un problème de contrôle, mais également un problème de chiffres et d’appartenance à l'UE", a indiqué M.Farage.

    Des migrants arrivent en Italie. Archive photo
    © REUTERS / Antonio Parrinello
    Il a confirmé ses déclarations sur la nécessité pour la Grande-Bretagne de sortir de l'Union européenne, car selon lui, l'appartenance à l'UE nuit à l'économie du pays.

    Le premier ministre, David Cameron, a promis, s'il est réélu, de renégocier les relations entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne avant d'organiser, avant la fin 2017, un référendum sur le maintien du pays dans l'UE. Les prochaines élections législatives – le 7 mai –, promettent d'être serrées, les sondages ne voyant aucun parti disposer de la majorité absolue à Westminster.

    Lire aussi:

    Les immigrés de l’Est, sauveurs de l’Europe?
    Le problème de l'accueil des immigrés divise l’Europe
    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Qu'a dit Poutine sur les Gilets jaunes que les médias français ont omis?
    Tags:
    immigration, Parti de l'indépendance du Royaume-Uni (Ukip), David Cameron, Nigel Farage, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik