International
URL courte
Nucléaire iranien (2015) (124)
11343
S'abonner

Le président Obama a chargé son équipe de renforcer la coopération avec Israël pour garantir sa sécurité en réponse aux craintes exprimées par Benjamin Netanyahu.

L'accord avec l'Iran sur son programme nucléaire menace l'existence d'Israël, a déclaré le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'un entretien téléphonique avec le président américain Barack Obama, rapportent les médias. 

Selon M.Netanyahu, Israël est catégoriquement opposé aux ententes intervenues avec Téhéran à Lausanne. 

M.Obama a assuré que les récentes ententes "permettront de garantir le caractère civil du programme nucléaire iranien" et empêcheront l'Iran de se doter de la bombe nucléaire. Le président américain a chargé son équipe pour la sécurité nationale d'élargir les consultations avec le nouveau gouvernement israélien en vue de renforcer la coopération entre les deux pays, de garantir la sécurité d'Israël et de rester vigilants face aux menaces émanant de l'Iran. 

Les Six médiateurs internationaux sur le dossier nucléaire iranien (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie) et l'Iran ont conclu jeudi un accord d'étape sur le nucléaire iranien. Selon les termes de l'accord-cadre, qui ne sont pas tous rendus publics, la capacité d'enrichissement d'uranium de l'Iran devra être réduite. La République islamique pourra conserver 6.000 centrifugeuses (contre 19.000 actuellement) et les sanctions seront progressivement levées, "en fonction des engagements de l'Iran". Les négociations vont se poursuivre jusqu'au 30 juin.

Dossier:
Nucléaire iranien (2015) (124)

Lire aussi:

Accord cadre trouvé à Lausanne sur le nucléaire iranien
Nucléaire iranien: un accord qui donne de l’espoir, selon Moscou
Accord sur l’Iran : La Russie ennemi de substitution ?
Expert: effondrement du pétrole en cas de levée des sanctions contre l’Iran
Tags:
Benjamin Netanyahou, programme nucléaire iranien, Barack Obama, Iran, Israël, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook