International
URL courte
Vers la paix en Ukraine (128)
0 444
S'abonner

Le blocus imposé au Donbass par le régime de Kiev provoque une profonde indignation et le rejet de l'Etat ukrainien chez les habitants du sud-est de l'Ukraine, constate un journaliste américain.

Femmes, enfants et vieillards du Donbass vivent sous le blocus économique et militaire imposé par le gouvernement pro-occidental de Kiev, lit-on dans un article de l'hebdomadaire américain The Nation.

"Le régime du président ukrainien Piotr Porochenko a commencé par priver les habitants du Donbass de toutes les prestations sociales (…), ce qui provoque une profonde indignation et le rejet de l'Etat ukrainien chez cette population", écrit l'auteur, ajoutant qu'il a pu s'entretenir avec certaines personnes dans le sud-est de l'Ukraine.

Des écoliers de l'école N°13 de la ville de Slaviansk se réfugient dans le sous-sol du bâtiment, un obus ukrainien ayant explosé pendant les cours
© Sputnik . Andrei Stenin
Selon lui, "une jeune fille de la ville de Donetsk a déclaré que c'était la +guerre de Porochenko+ (…) Une autre, une jeune maman a dit que le Donbass +ne pourrait plus jamais revenir+ en Ukraine".

"Si M.Porochenko et son groupe d'appui au sein de l'administration (du président américain Barack) Obama et dans le Congrès des Etats-Unis estiment que le blocus économique, le déploiement de snipers par Kiev, le pilonnage de la population civile du Donbass et la proposition de livraisons d'armes constituent la recette de la victoire sur les +esprits et cœurs+ des habitants du Donbass, il sera difficile d'imaginer une erreur plus grave", estime le journaliste.

Dossier:
Vers la paix en Ukraine (128)

Lire aussi:

Forbes: Porochenko aurait-il offert le Donbass à Poutine?
Donbass: le ministre Avakov regrette de ne pas avoir fait exploser les protestataires
Donbass: Porochenko reporte l'octroi du statut spécial
Rada: certaines régions du Donbass, "territoires provisoirement occupés"
Tags:
Petro Porochenko, Donbass, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook