Ecoutez Radio Sputnik
    Après un bombardement du village Goloubovka (Archives)Membres des forces armées ukrainiennes près d'Artemovsk

    Ex-conseiller présidentiel US: pas de règlement en Ukraine sans impliquer Washington

    © Sputnik . Andrei Stenin © REUTERS / Gleb Garanich
    1 / 2
    International
    URL courte
    0 747
    S'abonner

    Compte tenu de l'équilibre des forces dans le monde, le dossier ukrainien doit directement être évoqué avec le président des Etats-Unis, assure l'ex-conseiller politique d'un ancien chef de l'Etat américain.

    Le règlement de la crise ukrainienne est impossible sans la participation des Etats-Unis, a affirmé dans une interview accordée au programme de télévision Nache vremia (Nos temps) Thomas Graham, haut conseiller à la Sécurité nationale de l'ancien président américain George W. Bush.

    "Il s'agit d'un problème dont nous ne pouvons pas laisser le règlement entre les mains des Européens, parce que ce n'est pas un problème uniquement européen. A mon avis, le président Vladimir Poutine veut en discuter, mais il ne peut le faire ni avec la chancelière allemande, ni avec le président français! Compte tenu de la balance des forces dans le monde, ces questions doivent finalement être évoquées avec le président des Etats-Unis", a déclaré M.Graham.

    Et d'ajouter que le Kremlin ne prendrait sans doute pas l'initiative d'entamer des contacts directs avec la Maison Blanche, estimant qu'il n'avait pas déclenché ce conflit, et qu'il revenait à Washington de faire le premier pas.

    Selon M.Graham, expert des relations américano-russes, le président biélorusse Alexandre Loukachenko avait raison en disant qu'on ne pourrait rétablir la paix et la stabilité en Ukraine qu'avec la participation des Etats-Unis. 

    "Quoi qu'il en soit, l'Ukraine ne figure plus à l'ordre du jour à Washington, dont les préoccupations principales sont à présent l'Etat islamique (EI), l'Iran, le règlement politique au Proche-Orient", a souligné l'expert. 

    Il est persuadé que Washington ne parlera plus ni d'"alliance stratégique", ni de "redémarrage" avec la Russie, mais qu'il sera sans doute trouvé un nouveau terme quelconque pour définir les relations entre la Russie et les Etats-Unis. 

    "Je pense que si notre politique repose tout simplement sur des relations plus ou moins traditionnelles entre les grandes puissances, ce sera déjà un pas en avant", a conclu le politologue.

    Tags:
    Etat islamique, Thomas Graham, Alexandre Loukachenko, Proche-Orient, Iran, Ukraine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik