International
URL courte
3847
S'abonner

L'embargo sur les ventes de missiles S-300 à l'Iran est levé, et Moscou rassure Israël, insistant sur la nature défensive du système, mais l'Etat hébreu reste mécontent.

Le président russe Vladimir Poutine a évoqué mardi dans un entretien téléphonique avec le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu sa décision de lever l’interdiction de livrer des missiles sol-air S-300 à l’Iran, annonce le service de presse du Kremlin.

"Les interlocuteurs ont échangé sur la décision du chef de l'Etat russe de lever l'embargo sur les ventes de missiles S-300 à l'Iran", lit-on dans le communiqué.

Selon le Kremlin, M.Poutine a attiré l'attention du premier ministre israélien sur le fait que, d'après ses caractéristiques techniques et tactiques, les S-300 étaient des systèmes strictement défensifs et incapables, par conséquent, de constituer une menace pour la sécurité de l'Etat hébreu ou d'autres pays du Proche-Orient.

Néanmoins, le chef du gouvernement israélien a exprimé son mécontentement suite à la levée de cet embargo, selon la chancellerie de M.Netanyahu.

Système de missiles sol-air S-300P
© RIA Novosti .
"Le premier ministre Netanyahu a déclaré au président Poutine que cette démarche ne ferait qu'accentuer l'agression de l'Iran dans la région et compromettrait la sécurité au Proche-Orient", stipule le communiqué. 

Les S-300 sont prévus pour protéger contre les tirs de missiles, de roquettes et d'avions ennemis, ils disposent de versions différentes aux capacités variées. 

Les Etats-Unis et Israël dénoncent la levée de l'interdiction sur la vente des batteries antiaériennes à Téhéran. Le président russe Vladimir Poutine en a signé le décret lundi 13 avril.

Lire aussi:

S-300: Téhéran retirera sa plainte dès livraison des missiles
S-300 pour l'Iran: la Russie propose des systèmes Anteï-2500 en remplacement
Un charmant petit golden retriever dort dans une gamelle – vidéo
Un Bordelais poignardé au cœur en pleine rue pour avoir demandé à des jeunes de ne pas uriner sur un mur
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook