Ecoutez Radio Sputnik
    Le président russe Vladimir Poutine et son homologue arménien Serge Sargsian (Archives)

    Russie-Arménie: Poutine et Sargsian parleront coopération vendredi à Erevan

    © Sputnik . Alexeï Nikolski
    International
    URL courte
    La reconnaissance et la négation du génocide arménien (72)
    0 192
    S'abonner

    Le président russe se rendra à Erevan où il participera aux commémorations du 100e anniversaire du génocide des Arméniens et aura une rencontre bilatérale avec son homologue d'Arménie.

    Le président russe Vladimir Poutine et son homologue arménien Serge Sargsian évoqueront vendredi 24 avril à Erevan la coopération bilatérale dans les domaines économique et politique, ainsi que des problèmes internationaux d'actualité, annonce mercredi le service de presse du Kremlin.

    "Une rencontre spéciale est prévue, elle portera sur un large éventail de questions bilatérales relatives aux aspects politique, économique et culturel de la coopération entre la Russie et l'Arménie, ainsi que sur des problèmes d'actualité régionaux et internationaux", a déclaré devant les journalistes Iouri Ouchakov, assistant du chef de l'Etat russe.

    Vladimir Poutine se rendra à Erevan pour participer aux commémorations du centenaire du génocide des Arméniens le 24 avril. Le président russe se rendra au mémorial dédié aux victimes du génocide et prendra la parole, lors de la cérémonie, parmi les autres chefs d'Etat invités à Erevan. 

    Le génocide arménien a été perpétré en 1878-1922 sur les territoires de l'Empire ottoman (la Turquie), historiquement appelés Arménie occidentale (actuellement Anatolie orientale), peuplés à l'époque majoritairement par des Arméniens (65-75% de la population). Il a conduit à la mort de 1,5 million d'Arméniens et à l'éradication de la population autochtone des régions historiques de l'Arménie occidentale.

    Nombre d'historiens, plus d'une vingtaine de pays, dont la France, l'Italie et la Russie, le parlement européen et le Conseil œcuménique des églises ont reconnu un génocide. La Turquie affirme pour sa part qu'il s'agissait d'une guerre civile, doublée d'une famine, dans laquelle 300 à 500.000 Arméniens et autant de Turcs ont trouvé la mort. 

    L'attitude négative d'Ankara à l'égard de la reconnaissance internationale du génocide arménien est une raison des rapports tendus entre Ankara et Erevan. La Turquie et l'Arménie n'ont pas de relations diplomatiques depuis l'accession de l'Arménie à l'indépendance en 1991. En 2014, le président turc Recep Tayyip Erdogan, alors premier ministre, avait présenté pour la première fois des condoléances aux Arméniens, sans pour autant cesser de contester toute volonté d'extermination.

    Dossier:
    La reconnaissance et la négation du génocide arménien (72)

    Lire aussi:

    La Russie mène des exercices militaires d'envergure en Arménie
    Arménie: visite du premier ministre russe en septembre
    Hydrocarbures: la Russie lève les taxes sur les exportations vers l'Arménie
    Arménie: le gaz russe bon marché attire des entreprises étrangères (Sargsian)
    Tags:
    génocide, Serge Sargsian, Iouri Ouchakov, Vladimir Poutine, Erevan, Arménie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik