Ecoutez Radio Sputnik
    Le président russe Vladimir Poutine et son homologue argentine Cristina Fernández de Kirchner

    Poutine-Kirchner: la militarisation de l'Atlantique Sud est inadmissible

    © Sputnik . Alexei Druzhinin
    International
    URL courte
    11182

    Le Traité de non-prolifération des armes nucléaires en Amérique latine (Traité de Tlatelolco) doit être respecté par toutes les parties, insistent les présidents russe et argentine.

    Le président russe Vladimir Poutine et son homologue argentine Cristina Fernández de Kirchner, en visite à Moscou, ont qualifié d'inadmissible la militarisation de l'Atlantique Sud et insisté sur le respect du Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP) en Amérique latine. 

    "Les présidents ont insisté sur l'inadmissibilité de la militarisation de l'Atlantique Sud et signalé la nécessité absolue du respect par toutes les parties de leurs engagements internationaux dans le cadre du Traité de non-prolifération des armes nucléaires en Amérique latine (Traité de Tlatelolco) et des Protocoles additionnels à ce document", stipule le texte de la déclaration conjointe, adoptée jeudi à l'issue du sommet russo-argentin et citée par le service de presse du Kremlin.

    Le Traité de Tlatelolco vise à créer une zone exempte d'armes nucléaires en Amérique latine et dans les Caraïbes. Il a été signé le 14 février 1967 à Tlatelolco, quartier de Mexico. Il est entré en vigueur le 25 avril 1969. Cuba en 2002 a été le dernier Etat à ratifier le traité. En tout, 33 pays ont signé et ratifié le traité à ce jour.

    Lire aussi:

    Nucléaire: la Russie pourrait construire des centrales en Amérique latine
    Nucléaire civil: le russe Rosatom et l'argentin Corporacion America signent
    Nucléaire: la Russie construirait une centrale en Argentine (Rosatom)
    La présidente argentine est arrivée à Moscou
    Tags:
    armes nucléaires, Cristina Fernandez de Kirchner, Vladimir Poutine, Atlantique, Argentine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik