Ecoutez Radio Sputnik
    La présidente argentine Cristina Kirchner

    Présidente argentine: non, la Russie n’est pas une "menace"

    © Sputnik . Alexei Druzhinin
    International
    URL courte
    0 931
    S'abonner

    "Certains pays sont pris au piège d’une logique binaire, dans laquelle il faut toujours avoir un ennemi ou un adversaire afin d’exister et d’avoir la possibilité de dominer", a indiqué Mme Kirchner.

    La Russie est un membre de plein droit de la communauté internationale, et la considérer comme une menace pour la sécurité mondiale est absurde, a indiqué la présidente argentine Cristina Kirchner dans une interview à la chaîne RT.

    "Présenter la Russie comme une menace me semble absurde", a-t-elle déclaré.

    Selon elle, il convient de redouter particulièrement ceux qui tentent de présenter certains pays comme des épouvantails.

    "Certains se sont retrouvés pris au piège, même s’ils déclarent que la guerre froide est terminée et que la confrontation est terminée (…). Ils sont pris au piège d’une logique binaire, dans laquelle il faut toujours avoir un ennemi ou un adversaire afin d’exister et d’avoir la possibilité de dominer", a-t-elle souligné.

    Mme Kirchner a à cet égard rappelé la campagne menée par les Etats-Unis contre le Venezuela. "Pas une personne mentalement saine ne peut considérer que ce pays d’Amérique latine peut représenter une menace pour la première puissance mondiale en termes militaires, scientifiques, etc.", a poursuivi Mme Kirchner.

    La présidente de la République argentine, Cristina Kirchner, a réalisé une visite officielle de trois jours dans la capitale russe.

    Dans leur Stratégie de sécurité nationale publiée début 2015, les Etats-Unis classent la Russie, l'Etat islamique et la fièvre hémorragique Ebola parmi les menaces globales à contrer.

    Lire aussi:

    USA: faire face à la Russie, à l'EI et à Ebola
    Etats-Unis: la "menace russe" profite à l'industrie militaire
    La présidente argentine à Moscou : nouvelle gifle à Washington
    Visite de la présidente argentine à Moscou: un pied de nez à Washington
    Tags:
    Cristina Fernandez de Kirchner, Venezuela, Argentine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik