Ecoutez Radio Sputnik
    Un bâtiment détruit aux environs de Damas

    Syrie: l'Onu appelle à l'embargo sur les armes

    © Sputnik . Dmitry Vinogradov
    International
    URL courte
    0 421

    La patronne des opérations humanitaires de l'Onu a exhorté le Conseil de sécurité à frapper d'embargo les livraisons d'armes en Syrie parmi d'autres "mesures concrètes" visant à désamorcer la crise.

    La secrétaire générale adjointe pour les Affaires humanitaires des Nations unies, Valerie Amos, a appelé vendredi le Conseil de sécurité de l'Onu à instaurer l'embargo sur les livraisons d'armes en Syrie et à exiger de Damas et de l'opposition qu'ils cessent d'attaquer les écoles et les hôpitaux.

    "Ces établissements (écoles et hôpitaux, ndlr) doivent constituer des zones de paix", a déclaré Mme Amos devant les journalistes à New York. 

    La patronne des opérations humanitaires de l'Onu a annoncé avoir demandé au Conseil de sécurité de prendre des "mesures concrètes" tendant notamment à garantir le respect des pauses humanitaires, facilitant la fourniture d'aide aux personnes bloquées par les combats en Syrie sans aucun accès aux secours. 

    Mme Amos a également appelé à instaurer l'embargo sur les livraisons d'armes en Syrie et à décréter des sanctions ciblées pour les violations du droit humanitaire international et le non-respect des revendications humanitaires.  

    Selon l'Onu, plus de 220.000 personnes ont été tuées en Syrie en quatre ans de guerre civile, quatre millions de Syriens ont fui le pays et 7,6 millions ont été déplacés. Les Nations unies chiffrent à 8,4 milliards de dollars (7,7 milliards d'euros) la somme nécessaire pour couvrir les besoins humanitaires de la Syrie en 2015.

    Lire aussi:

    Syrie: un attentat-suicide fait au moins 20 morts
    Syrie: Paris refuse de négocier avec Assad
    Syrie: Kerry admet que Washington doit dialoguer avec Assad
    Syrie: l'Onu condamne l'utilisation du gaz de chlore
    Tags:
    Valérie Amos, ONU, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik