Ecoutez Radio Sputnik
    Soldats français à Bangui (Archives)

    Abus sexuels en Centrafrique : des soldats français visés par une enquête

    © Sputnik . Emmanuel Braun
    International
    URL courte
    2821
    S'abonner

    Le Suédois Anders Kompass, directeur des opérations de terrain au Haut-Commissariat des Nations unies (ONU) pour les droits humains, a été suspendu de ses fonctions pour avoir transmis aux autorités françaises un rapport sur les abus sexuels présumés commis par les soldats français en Centrafrique.

    Un rapport interne de l'Onu sur des abus sexuels supposés commis par des soldats français sur des enfants en République centrafricaine (RCA) a été transmis aux autorités françaises, rapporte mercredi 29 avril le Guardian.

    Le rapport de l'Onu, que le quotidien britannique a consulté, fait état de témoignages de plusieurs enfants centrafricains accusant d'agressions sexuelles des militaires français de l'opération Sangaris. Ce dossier, communiqué l'été dernier aux autorités françaises, a entraîné l'ouverture d'une enquête judiciaire en juillet.

    Selon le quotidien britannique, qui cite des sources proches de l'enquête, c'est bien Anders Kompass qui a transmis le rapport à la justice française en juillet 2014 après avoir constaté que l'Onu tardait à agir. Les Nations unies confirment avoir lancé une telle enquête au printemps 2014, mais elle ne cite jamais le nom du responsable de la fuite, contrairement au Guardian.

    Interrogés par l'Onu et l'Unicef, les enfants, dont certains sont orphelins, auraient décrit l'exploitation sexuelle dont ils ont été victimes en échange de nourriture et d'argent. Un garçon de onze ans affirme ainsi avoir été abusé alors qu'il sortait chercher de la nourriture. Un autre garçon de neuf ans a dit avoir été abusé avec son ami par deux soldats français dans le camp, alors qu'ils se rendaient vers un checkpoint pour trouver à manger.

    La France a quant à elle envoyé une équipe à Bangui pour enquêter, en coopération avec l'Onu. Une enquête préliminaire a été ouverte en juillet par le parquet de Paris pour abus sexuels sur mineurs, selon le ministère de la Justice. Le ministère de la Défense indique de son côté qu'il prendra "toutes les mesures nécessaires pour la manifestation de la vérité". 

    Les "sanctions les plus fermes" seront prises si les faits "étaient avérés", ajoutent encore les autorités françaises citées par les médias nationaux. Le 5 décembre 2013, la France a lancé l'opération Sangaris pour aider la Centrafrique à maintenir la paix dans le pays, en proie à une violente guerre civile. L'armée française avait envoyé 2.000 hommes sur place.

    Lire aussi:

    Centrafrique: manifestation anti-française à Bangui
    Centrafrique: l'employée de l'Onu relâchée par ses ravisseurs
    Centrafrique: l'otage française libérée à Bangui (diplomatie)
    Tags:
    ONU, Anders Kompass, France, République centrafricaine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik