International
URL courte
0 452
S'abonner

Selon le journal, le chef terroriste aurait été blessé le 18 mars dernier.

Le chef de l'Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi a été paralysé après une frappe aérienne menée par un avion américain en Irak, rapporte le journal britannique The Independent.

Selon le journal, le chef terroriste aurait été blessé le 18 mars dernier. Depuis cette date, il ne fait presque pas d'apparitions publiques.

Auparavant, des sources proches de l'EI citées par le journal Guardian ont fait savoir que les blessures reçues par al-Baghdadi risquaient de l'empêcher d'assumer le leadership du groupe terroriste. Toujours d'après le journal, al-Baghdadi est actuellement soigné à Mossoul irakien par des médecins considérés comme "des partisans fidèles" de l'organisation.

Les médias citent Abou Alaa Afri comme son successeur le plus probable à la tête de l'Etat islamique.

Le porte-parole du département US de la Défense Steve Warren a précédemment déclaré que le Pentagone ne disposait pas d'informations confirmant que le leader de l'EI avait été blessé dans un raid aérien.

L'EI, l'une des organisations terroristes les plus cruelles, a proclamé en juillet 2014 un califat islamique sur les territoires irakiens et syriens sous son contrôle. Le groupe lié à Al-Qaïda, qui compterait près de 30.000 combattants selon la CIA, continue son offensive, qui a déjà coûté la vie à des milliers de civils et fait des centaines de milliers de réfugiés.

Depuis août, les Etats-Unis et leurs alliés de la coalition effectuent des frappes contre les positions des djihadistes de l'EI en Irak et depuis le 23 septembre, en Syrie.

Lire aussi:

Irak: le chef de l'EI blessé dans une frappe aérienne (médias)
Irak: le leader de l'EI grièvement blessé dans un raid aérien (médias)
Le Canada entame des frappes aériennes sur les positions de l'EI en Syrie
Irak: un expert en armes chimiques de l’EI tué dans les frappes
Tags:
frappe aérienne, Etat islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, Irak, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook