Ecoutez Radio Sputnik
    Après le séisme au Népal

    Fabius: quatre Français morts, neuf autres portés disparus suite au séisme au Népal

    © REUTERS / Athit Perawongmetha
    International
    URL courte
    Séisme au Népal (2015) (19)
    0 36
    S'abonner

    Le séisme qui a ravagé le Népal le 25 avril dernier a fait quatre morts parmi les ressortissants français.

    Quatre ressortissants français ont trouvé la mort et neuf autres sont portés disparus suite au séisme puissant qui a frappé le Népal, a annoncé le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius.

    Le tremblement de terre destructeur de magnitude 7.9 s'est produit au Népal le 25 avril au matin. Selon un bilan actualisé, plus de 7.000 personnes ont péri et plus de 14.000 autres ont été blessées dans le séisme suivi par une série de répliques dont la plus puissante a atteint une magnitude de 6.7.

    La semaine dernière, le premier ministre népalais Sushil Koirala a estimé que l'éventuel nombre de victimes de la catastrophe risquait d'atteindre 10.000.

    "Il y a quatre personnes dont il est avéré qu'elles ont perdu la vie, ainsi que neuf personnes pour lesquelles nous sommes inquiets et 30 personnes toujours non localisées", a fait savoit le chef de la diplomatie française dans une interview accordée à la radio Europe 1.

    "Au total, ça va être une catastrophe épouvantable puisqu'on va être probablement, malheureusement, autour de 10.000 morts et le pays est complètement ravagé", a ajouté le ministre français.

    M.Fabius a également tenu à "rendre hommage aux ONG, aux administrations qui ont fait un travail magnifique" pour apporter leur soutien au pays sinistré.

    Dossier:
    Séisme au Népal (2015) (19)

    Lire aussi:

    Séisme au Népal: une avalanche frappe les alpinistes
    Séisme au Népal: les conséquences filmées par un témoin
    Népal: une avalanche épargne un camp d'alpinistes
    Tags:
    séisme, victimes, Sushil Koirala, Laurent Fabius, Népal, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik