International
URL courte
L'Etat islamique (2014) (1131)
0 1010
S'abonner

Les têtes de quatre dirigeants de l'Etat islamique ont été mises à prix par les autorités américaines pour 20 millions de dollars.

Washington a promis une récompense de 20 millions de dollars pour les informations sur le lieu de séjour de quatre chefs du groupe djihadiste Etat islamique (EI), a annoncé le 5 mai Associated Press.

Le département d'Etat américain offre 7 millions de dollars pour le dirigeant du groupe, Abd Al-Rahman Mustafa Al-Qaduli, 5 millions pour le porte-parole de l'EI, Abu Mohammed Al-Adnani, et autant pour Tarkhan Tayumurazovich Batirashvili, ressortissant géorgien qui dirige les opérations de l'EI dans le nord de la Syrie.

La tête de Tariq Bin-Al-Tahar Bin Al Falih Al-Awni Al-Harzi, chef d'une formation djihadiste opérant à la frontière entre la Syrie et la Turquie, a été mise à prix pour 3 millions de dollars.

Ces sommes seront débloquées dans le cadre du programme Récompenses pour la justice.

Les médias ont rapporté le 5 mai que l'organisation de l'Etat islamique avait revendiqué l'attaque perpétrée par des islamistes à Garland (Texas) à proximité du lieu où se tenait un concours de caricatures de Mahomet.

Une des organisations terroristes les plus cruelles, l'EI a proclamé en juillet 2014 un califat islamique sur les territoires irakiens et syriens tombés sous son contrôle. Le groupe, qui compterait près de 30.000 combattants selon la CIA, poursuit son offensive, qui a déjà coûté la vie à des milliers de civils.

Depuis août, les Etats-Unis et leurs alliés de la coalition internationale effectuent des frappes contre les positions de l'EI en Irak et depuis le 23 septembre, en Syrie.

Dossier:
L'Etat islamique (2014) (1131)

Lire aussi:

L'EI exécute une centaine de Yézidis en Irak
L'EI et les talibans se déclarent le djihad
Médias: un officier de Saddam Hussein artisan du succès de l'EI
EI: les djihadistes ont pris en otages 200 militaires dans le nord de l'Irak
Tags:
islamisme, terrorisme, Etat islamique, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook