International
URL courte
0 431
S'abonner

Le président du Conseil européen espère que le premier ministre du Royaume-Uni réussira à convaincre les Britanniques de la nécessité de rester au sein de l'Union européenne.

Le président du Conseil de l'UE Donald Tusk a espéré vendredi, dans une déclaration publiée à Bruxelles, que le nouveau gouvernement britannique va persuader le Royaume-Uni de rester au sein de l'Union européenne.

"J'espère que le nouveau gouvernement britannique va persuader le Royaume-Uni de se maintenir au sein de l'Union européenne. Et je suis prêt à l'aider", a déclaré M.Tusk.

Et de réaffirmer "sa certitude profonde qu'en dehors de l'Union européenne, pas un seul pays n'aurait une vie meilleure".

"Une meilleure Union européenne est dans l'intérêt de chaque Etat, non seulement de la Grande-Bretagne. L'UE a des temps difficiles devant elle, et la voix britannique compte beaucoup pour décider de l'avenir de l'Europe", a souligné le président du Conseil européen qui a félicité David Cameron à l'occasion de sa réélection au poste de premier ministre du Royaume-Uni. 

La victoire de Cameron a réveillé le spectre de la sortie du Royaume-Uni de l'UE, mais M.Tusk a toujours écarté une perspective de "Brexit".

"Je suis sûr que l'avenir de l'UE ne passe pas par son rétrécissement, sa contraction, et aucune personne raisonnable ne peut imaginer l'UE sans le Royaume-Uni, moi-même je ne peux l'imaginer", a-t-il déclaré auparavant. 

Sous pression des eurosceptiques, David Cameron avait promis d'organiser d'ici à 2017, s'il est réélu, un référendum sur une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Il a confirmé son intention vendredi après avoir obtenu l'assurance d'un second mandat grâce à la victoire électorale des conservateurs.

Lire aussi:

Grande-Bretagne: des élections plus surprenantes que prévu
Législatives britanniques: quelle politique étrangère proposent les candidats?
Un épidémiologiste croit savoir les causes de la mortalité plutôt faible du Covid-19 en Allemagne
Tags:
Union européenne (UE), Donald Tusk, David Cameron, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook