International
URL courte
Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)
0 1964
S'abonner

Le président tchèque Milos Zeman dénonce les sanctions contre la Russie tout comme le chancelier autrichien Werner Faymann qui a récemment déclaré que les sanctions portent préjudice à l'économie européenne.

Le nombre des pays européens mécontents par les sanctions contre Moscou est en hausse et c'est la meilleure raison de les annuler, a déclaré lundi le président tchèque Milos Zeman.

"Le nombre des Etats membres de l'Union européennes qui se prononcent contre les sanctions contre la Russie est en hausse", a indiqué M.Zeman à l'édition en ligne tchèque Idnes

M.Zeman a notamment cité les propos émis récemment par le chancelier autrichien Werner Faymann: "quand on construit nouveau mur isolant l'économie russe, on scie la branche sur laquelle on est assis". 

"Je pourrais également citer les propos du ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Garcia-Margallo qui vont dans le même sens", a ajouté M.Zeman.

Selon le président tchèque, le dirigeant russe Vladimir Poutine a déclaré le 9 mai dernier à Moscou que la Russie n'envisageait pas de faire la guerre en Ukraine. M.Poutine a indiqué à maintes reprises qu'il n'y avait pas de troupes russes dans le sud-est de l'Ukraine, que la Russie ne participait pas au conflit intérieur ukrainien et qu'on pouvait régler ce conflit en lançant un dialogue direct entre Kiev et les républiques de Donetsk et de Lougansk.

Les Etats et l'UE ont adopté plusieurs trains de sanctions contre des secteurs entiers de l'économie russe en 2014 et au début de 2015. La Russie a riposté, en frappant d'embargo plusieurs denrées alimentaires, notamment produits laitiers, viande, fruits et légumes en provenance de l'UE, du Canada, d'Australie et de Norvège. Elle a déclaré plusieurs fois qu'elle souhaitait un règlement rapide du conflit dans le Donbass et qu'elle considérait les sanctions occidentales comme illégitimes et infondées.

Dossier:
Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)

Lire aussi:

Le Parlement européen favorable au durcissement des sanctions antirusses
Les sanctions antirusses attirent des investisseurs en Russie
Forbes: la Russie, un marché d'investissement populaire malgré les sanctions
L'UE encore encline aux sanctions antirusses
Tags:
Russie, République tchèque, Werner Faymann, José Manuel García-Margallo, Milos Zeman, Union européenne (UE), sanctions
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook