Ecoutez Radio Sputnik
    Service fédéral de renseignement (BND)

    Espionnage en Allemagne: le plus grand opérateur de téléphonie impliqué

    © East News. Imago Stock and People
    International
    URL courte
    Espionnage USA-Allemagne (35)
    1629

    L'un des plus grands opérateurs de télécommunications d'Allemagne, Deutsche Telekom, a participé à l'espionnage informatique organisé par le Service fédéral de renseignement d'Allemagne (BND) à la demande de l'Agence nationale de sécurité des USA (NSA).

    Ces informations ont été révélées dans les données que la commission parlementaire allemande enquêtant sur l'activité du BND a obtenues du site WikiLeaks, comme l'ont annoncé ses représentants mardi.

    Selon les dossiers de la 26e réunion de la commission, le département de la chancelière a envoyé une lettre avec mention "personnelle" à l'ancien directeur exécutif de Deutsche Telekom AG Kai-Uwe Ricke, qui occupait ce poste entre 2002 et 2006. Cette lettre appelait Deutsche Telekom à autoriser et à soutenir la surveillance des appels allemands et internationaux, ainsi que les requêtes internet sur les serveurs de recherche de la société installés à Francfort-sur-le-Main.

    Après la réception de cette lettre, une surveillance a été mise en place sous le nom de code Eikonal, les données obtenues étaient transmises aux Américains par les renseignements allemands, écrit WikiLeaks. Le site a déjà publié 1 380 pages de sténogrammes des réunions de la commission au Bundestag pendant dix mois avec la liste de 34 témoins auditionnés, dont 13 témoins parmi les agents du BND, dont les noms restent confidentiels. Les réunions se tenaient à huis clos.

    Devant la commission en tant que témoin, Ricke a déclaré n'avoir jamais vu cette lettre. Cependant, son existence a été prouvée, bien qu'il ait été refusé aux membres de la commission d'en prendre connaissance en raison de sa confidentialité.

    Un nouveau scandale d'espionnage a éclaté en Allemagne mi-avril après la publication par certains médias allemands, se référant aux dossiers de l'enquête interne des renseignements allemands et du département de la chancellerie fédérale, que la NSA aurait profité des capacités techniques du BND pour espionner les politiciens de France et d'Autriche, y compris les ministères des Affaires étrangères, les administrations présidentielles et gouvernementales, ainsi que les grandes entreprises européennes. La commission parlementaire chargée d'enquêter sur l'activité de la BND a demandé au gouvernement allemand de lui fournir la liste complète des sujets surveillés soumise par les Américains, mais n'a pas pu obtenir de réponse claire durant sa dernière réunion du 6 mai. Il a été annoncé plus tôt qu'une demande devait être d'abord adressée à Washington pour fournir cette liste dans le cadre d'une procédure strictement confidentielle.

    En avril 2002, la NSA et le BND ont signé un accord sur la surveillance dans le domaine de la communication électronique. Les Américains s'engageaient à n'entreprendre aucune action qui entrerait en contradiction avec le droit allemand. En 2005, le BND a découvert que la NSA posait des questions sur la surveillance des corporations européennes (EADS, Eurocopter). En 2008, le BND a envoyé à la chancellerie fédérale une note avertissant que les Américains "poursuivaient en Europe leurs propres objectifs". Par la suite, le BND a bloqué jusqu'à 2013 près de 40 000 requêtes de recherche de la NSA. En mars 2010, le BND s'est adressé à la chancellerie fédérale pour la deuxième fois avec des avertissements similaires. En été 2013, l'ancien employé de la NSA Edward Snowden a divulgué des informations sur les pratiques des services de renseignement américains en Europe. La même année, le BND a bloqué encore 2000 requêtes. En mars 2014, une commission spéciale a commencé son travail au Bundestag sur les activités du BND en matière de la coopération avec la NSA.

    Le 12 mars 2015, le président du BND Gerhard Schindler s'est officiellement adressé au directeur de la chancellerie fédérale, Peter Altmaier, avec un avertissement sur les tentatives d'espionnage de la part de la NSA. Le 14 avril 2015, le gouvernement fédéral a officiellement répondu de manière négative à la question du parti Die Linke qui voulait savoir s'il y avait des cas connus d'espionnage économique de la NSA dans d'autres pays, mais le cabinet a ajouté qu'il y avait certains "défauts organisationnels et techniques" du côté du BND. L'enquête officielle sur l'espionnage est actuellement menée par une commission parlementaire qui a déjà entendu Altmaier et d'autres employés, actuels et anciens, de la chancellerie fédérale. La Chancelière Angela Merkel a déclaré que des consultations sur ce sujet étaient organisées entre Berlin et Washington. Elle a également déclaré qu'aucun membre du personnel de la chancellerie ne pouvait être impliqué dans l'organisation de cette surveillance contraire aux intérêts de l'Allemagne.

    Dossier:
    Espionnage USA-Allemagne (35)

    Lire aussi:

    Les services secrets allemands espionnaient pour le compte des Etats-Unis
    Spiegel: les attaques de drones US coordonnées depuis une base allemande
    Des amis jurés : pourquoi Washington « écoutait » Berlin ?
    Cartes SIM piratées: les opérateurs US se refusent de tout commentaire
    Tags:
    espionnage, Service fédéral de renseignement extérieur allemand (BND), WikiLeaks, Deutsche Telekom, Agence nationale de sécurité américaine (NSA), Kai-Uwe Ricke, Allemagne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik