International
URL courte
0 2163
S'abonner

Washington ne cache plus son intention de priver le géant gazier russe Gazprom des perspectives d'étendre son marché européen.

Le ministre grec de la Réforme industrielle, de l'Environnement et de l'Energie, Panagiotis Lafazanis, a récemment annoncé que la Maison Blanche s'était opposé à la construction du gazoduc Turkish Stream. D'après M.Lafazanis, l'envoyé spécial du département d'Etat pour les questions énergétiques Amos Hochstein lui a clairement laissé entendre que Washington était hostile à la mise en œuvre du projet.

Suite à la décision russe d'abandonner le projet de gazoduc South Stream en raison de la position "non constructive" de l'UE, Moscou a annoncé son intention de construire un deuxième gazoduc russo-turc sous la mer Noire, qui sera baptisé Turkish Stream, et de mettre en place un hub gazier à la frontière turco-grecque pour les consommateurs européens.

La Maison Blanche a par la suite proposé à la Grèce une option alternative, à savoir le Couloir gazier méridional allant depuis le Caucase vers l'Europe à travers le territoire turc. Elaboré depuis longtemps mais privé jusqu'à présent de fondement économique réel, ce projet semble revêtir un caractère plutôt politique.

Station de distribution de gaz
© Sputnik . Mikhail Voskresensky
Cependant, les tentatives de Washington d'exercer des pressions sur le nouveau gouvernement grec dirigé par Alexis Tsipras ont échoué. Après les entretiens avec l'envoyé US, le ministre Lafazanis a réaffirmé l'intention du pays de laisser transiter le gaz russe destiné à l'Union européenne.

Par pure coïncidence, cette déclaration a été suivie par le rappel de l'ambassadeur US à Athènes. Cependant, il semble toujours qu'aucun pays ne souhaite souffrir du froid en hiver dans l'intérêt de Washington.

Lire aussi:

Gaz: la Russie est le plus fiable fournisseur de l'Europe (Poutine)
Gazoduc Turkish Stream
Le gazoduc South Stream
En continu: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo, des blessés
Tags:
Turkish Stream, South Stream, présidence américaine, Gazprom, Union européenne (UE), Amos Hochstein, Panagiotis Lafazanis, Alexis Tsipras, Europe, Grèce, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook