Ecoutez Radio Sputnik
    Henri Proglio

    Thales: les amitiés russes coûtent la présidence à Henri Proglio

    © REUTERS / Benoit Tessier
    International
    URL courte
    0 1956
    S'abonner

    L'ancien patron du géant énergétique français EDF Henri Proglio a renoncé au poste de président du conseil d'administration du groupe d'électronique et de défense Thales.

    Dans une interview accordée au journal Le Monde mardi, l'ex-chef de l'EDF a expliqué les raisons de sa décision, rendue publique à la veille d'une assemblée générale des actionnaires prévue le 13 mai. Selon M.Proglio, ce geste lui a permis de mettre fin à la campagne de dénigrement contre lui menée par le ministère de l'Economie avec à sa tête Emmanuel Macron.

    Henri Proglio indique avoir initialement accepté la proposition à la demande de la famille Dassault qui détenait 25,3% du groupe. Sa candidature a été par la suite approuvée par le président François Hollande, le premier ministre Manuel Valls et le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian (l'Etat français détient quant à lui 26,6% de Thales).

    Cependant, la semaine dernière, le ministre français de l'Economie Emmanuel Macron a déclaré que pour être nommé à ce poste M.Proglio devait mettre un terme à ses "engagements réels, rémunérés auprès de grands acteurs du secteur militaire et civil, en particulier nucléaire, russe". Ainsi, le ministre a reproché à M.Proglio de ne pas vouloir abandonner ses activités de conseil auprès de Rosatom, groupe nucléaire public russe.

    "Que le président d'honneur d'EDF et futur patron de Thales soit rémunéré, même indirectement, par un groupe qui a la main sur toute l'industrie nucléaire civile et militaire russe est pour le moins étonnant", a estimé M.Macron.

    Pour sa part, le journal Libération affirme qu'Henri Proglio, avec d'autres patrons français comme le PDG de Total Christophe de Margerie ou celui de GDF-Suez Jean-François Cirelli, a participé en septembre dernier à une réunion à Paris avec le président de la Douma (chambre basse du parlement russe), Sergueï Narychkine visé par des sanctions occidentales sur fond de crise ukrainienne.

    En réaction, M.Proglio a accusé le ministère de l'Economie de chercher à "abattre un homme pour des considérations politiciennes". Selon lui, cesser toute activité avec les Russes "serait un non-sens".

    "Même les Américains n'ont pas cessé leurs relations économiques avec les Russes. Avoir des bons contacts en Russie, est-ce que c’est gênant pour y faire des affaires?", s'interroge-t-il.

    "Certains en France considèrent la Russie comme un pays infréquentable. Je ne partage pas cet avis", indique M.Proglio.

    Il s'estime être "un vrai patriote" qui n'a "jamais trahi" son pays, tout en déplorant le fait que "ce sont aujourd'hui des anonymes à Bercy qui dirigent la France".

    Lire aussi:

    Total recherche en Chine des financements pour ses projets russes
    Le français DCNS associé à la création du bouclier antimissile de l'Otan
    Total maintient ses projets en Russie
    Tags:
    Rosatom, Thales Communication & Security, Emmanuel Macron, Henri Proglio, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik