Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine (à droite) et John Kerry

    Rencontre Poutine-Kerry à Sotchi: Kiev fulmine

    © Sputnik . Alexei Nikolsky
    International
    URL courte
    11859
    S'abonner

    Le premier haut responsable américain a effectué une visite en Russie depuis le début de la guerre dans l'est de l'Ukraine. John Kerry a été reçu à Sotchi par le président Vladimir Poutine, ce qui n'a pas été apprécié par Kiev.

    Dans une interview accordée aux médias français, le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a exprimé son mécontentement à l'occasion d'une rencontre, à Sotchi, du secrétaire d'Etat américain John Kerry avec le président russe Vladimir Poutine et son chef de diplomatie Sergueï Lavrov.

    "Nous comprenons qu'il y a dans la politique mondiale une multitude de problèmes, dont le groupe djihadiste Etat islamique (EI) et le Yémen. Quoi qu'il en soit, je suis persuadé que Sotchi n'est sans doute ni la meilleure station balnéaire, ni le meilleur endroit pour s'entretenir avec le président russe Vladimir Poutine et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov", a déclaré M.Iatseniouk, cité par RIA Novosti.

    Et d'ajouter qu'il était "certain" que lors de cette rencontre à Sotchi M.Kerry avait réaffirmé son soutien à l'Ukraine.

    Le chef du gouvernement ukrainien ne cesse d'alerter l'opinion internationale contre le projet de "déstabilisation globale" mené, selon lui, par le Kremlin. 

    Vladimir Poutine recevait mardi dernier à Sotchi le secrétaire d'Etat américain John Kerry. La visite de ce dernier a été interprétée par les analystes comme un geste d'apaisement de la part de Washington — pas toujours bien compris à Kiev.

    Lire aussi:

    Kerry: "tenir ouvertes les lignes de communication Russie-USA"
    Rencontre Poutine-Kerry: l'Ukraine, le Yémen et l'Iran au menu
    Lavrov offre des tomates et un T-shirt consacré à la Victoire à John Kerry
    Tags:
    Arseni Iatseniouk, John Kerry, Vladimir Poutine, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik