International
URL courte
Situation économique en Ukraine (85)
0 568
S'abonner

La liste des dettes soumises à une restructuration comprend les euro-obligations ukrainiennes pour 3 mds USD achetées par Moscou en 2013.

Le parlement ukrainien a adopté mardi une loi autorisant à suspendre les paiements de sa dette extérieure, une mesure qui pourrait rester en vigueur jusqu'au 1er juillet 2016 en cas de promulgation par le président.

Le texte a obtenu 256 voix, alors que 226 voix étaient requises.

Selon une annexe de la loi, la liste des dettes soumises à une restructuration comprend les euro-obligations ukrainiennes achetées par la Russie fin 2013.

Le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a appelé les créanciers privés à restructurer la dette souveraine de Kiev. "Qu'est-ce que nous demandons à nos créanciers privés extérieurs? C'est d'entendre la proposition du gouvernement ukrainien et de restructurer nos dettes selon les conditions formulées par le gouvernement ukrainien", a déclaré Arseni Iatseniouk. 

En mars 2015, la dette extérieure ukrainienne a augmenté de 8,3%, soit de 2,4 milliards de dollars, pour atteindre 32,8 milliards de dollars. Selon les prévisions de la Banque nationale d'Ukraine, la dette globale du pays constituera 93% de son PIB d'ici fin 2015.

L'Ukraine, qui fait face à une grave crise socio-politique, est au bord d'un défaut de paiement. Elle mène depuis mars des négociations avec ses créanciers en vue d'obtenir la restructuration de 15,3 milliards de dollars. La Russie a refusé la semaine dernière de restructurer la dette de l'Ukraine. 

L'Ukraine bénéficie d'un plan d'aide du Fonds monétaire international (FMI) de 17,5 milliards de dollars sur quatre ans, dont elle a reçu en mars cinq milliards. 

Dossier:
Situation économique en Ukraine (85)

Lire aussi:

La Russie refuse de restructurer la dette ukrainienne
L’Ukraine refuse de rembourser 3 mds USD à la Russie
L'Ukraine en défaut de paiement technique
Tags:
dette, Arseni Iatseniouk, Ukraine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook