Ecoutez Radio Sputnik
    Militaires de l'Otan

    Les activités de l'Otan près des frontières russes menacent Moscou et ses alliés

    © Flickr/ 7armyjmtc
    International
    URL courte
    0 1029
    S'abonner

    L'intensification des activités militaires des Etats-Unis et de l'Otan à proximité des frontières russes menace non seulement Moscou, mais aussi ses alliés, a déclaré mercredi le secrétaire du Conseil de sécurité russe Nikolaï Patrouchev en visite au Tadjikistan.

    M.Patrouchev a rencontré ses homologues des pays membres de l'Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC) le 20 mai à Douchanbe, la capitale tadjike. Les participants à la réunion ont évoqué les menaces pesant sur la sécurité nationale, régionale et internationale en Europe orientale, en Asie centrale, dans le Caucase du Sud et au Proche-Orient. 

    Selon le secrétaire du Conseil de sécurité russe, les événements du printemps arabe, les conflits en Syrie et en Irak, ainsi que la situation dans le Caucase du Sud et en Ukraine présentent de nouvelles menaces militaires. Il a également constaté une montée de menaces dans l’espace informationnel.

    Le responsable a également prêté une attention particulière à la situation en Afghanistan, appelant à adopter des mesures collectives en vue de placer sous contrôle la situation dans le nord du pays, de prévenir les attentats terroristes et d'assurer la sécurité dans la région.

    Créée en 2002, l'Organisation du Traité de sécurité collective est une structure politico-militaire qui regroupe l'Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Russie et le Tadjikistan. 

    Lire aussi:

    Otan: un élargissement effréné menace la stabilité en Europe (Moscou)
    Pour Robert Gates, l'élargissement de l'OTAN vers l'Est était une erreur
    La Lituanie et l'Estonie prônent l’élargissement de la présence de l'Otan
    Tags:
    sécurité, OTSC, OTAN, Nikolaï Patrouchev, Tadjikistan, Caucase, Proche-Orient, Syrie, Irak, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik