International
URL courte
1240
S'abonner

Israël a exprimé son inquiétude suite à la vente d'avions Airbus à une compagnie privée iranienne.

Selon les médias iraniens, un fonctionnaire israélien désireux de conserver l'anonymat a déclaré que la vente de neuf avions de ligne à l'Iran constituait une violation directe des sanctions introduites par les Etats-Unis contre la République islamique. Le fonctionnaire a également précisé que la compagnie aérienne qui a acheté les appareils en question fait partie de la liste noire des compagnies visées par les sanctions américaines.

Les autorités israéliennes ont fait part de leurs inquiétudes à Washington, qui a toutefois répondu qu'il était impossible d'annuler la transaction, le contrat signé n'ayant pas d'effet rétroactif.

L'Iran a confirmé que l'Organisation de l'aviation civile du pays avait effectivement acheté neuf Airbus d'occasion ayant moins de 15 ans d'âge. Il s'agit d'un véritable succès pour Téhéran compte tenu de l'état catastrophique dans lequel se trouve la flotte aérienne du pays en raison des sanctions imposées par les Etats-Unis en 1979.

A présent, l'Iran possède 245 avions de ligne, dont seuls 146 sont en état opérationnel. En outre, l'embargo a contribué à la hausse de l'âge moyen des avions de ligne exploités par les compagnies iraniennes, ce qui a provoqué une multiplication des accidents aériens.

Les pays occidentaux, dont les Etats-Unis, ont décrété plusieurs trains de sanctions contre l'Iran. Les soupçons concernant le programme nucléaire iranien ont contribué à la détérioration des relations entre Téhéran et l'Occident.

Le 2 avril 2015, une percée a été obtenue à Lausanne: l'Iran et les six médiateurs internationaux sur son programme nucléaire ont signé un accord-cadre. Si Téhéran remplit les conditions prévues par ce document, les pays occidentaux procèderont à une levée progressive des sanctions.

L'accord définitif devrait être signé d'ici le 30 juin.

Lire aussi:

Pour Obama, l'Iran est un pays sponsor du terrorisme
Rencontre Poutine-Kerry: l'Ukraine, le Yémen et l'Iran au menu
L'Iran accuse Washington d'armer et de financer l'EI
Tags:
programme nucléaire iranien, sanctions, Europe, Iran, Israël, États-Unis, Airbus Group