Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau de l'OTAN

    Bouclier antimissile en Ukraine: l'Otan s'abstient de tout commentaire

    © Flickr/ U.S. Army Europe Images
    International
    URL courte
    0 233

    Un porte-parole de l'Otan a refusé de commenter les déclarations sur l'éventuel déploiement d'éléments du système de défense antimissile sur le territoire ukrainien.

    Contacté par l'agence russe RBC, un représentant de l'Alliance atlantique a conseillé aux medias russes de s'adresser à la partie ukrainienne pour obtenir des commentaires à ce sujet. 

    L'interlocuteur de l'agence a cependant précisé que l'Otan "était obligée de protéger ses membres contre les menaces de missiles".

    L'Ukraine ne figure pas parmi les membres de l'Alliance, bien qu'elle participe à des exercices militaires conjoints avec l'Otan.

    Le 13 mai dernier, le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg a déclaré que l'Ukraine "pouvait compter sur un soutien continu de la part de l'Otan".

    Plus tôt dans la semaine, le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense d'Ukraine (SNBO) Alexandre Tourtchinov a annoncé que Kiev pourrait étudier la possibilité d'accueillir des éléments du bouclier antimissile américain en Europe (ABM) afin de protéger le pays contre une éventuelle menace nucléaire.

    Selon M.Tourtchinov, la Russie envisage de déployer en Crimée un régiment de bombardiers Tu-22M3 et trois divisions de missiles balistiques Iskander-K et Iskander-M. 

    Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a par la suite déclaré que Moscou serait contraint de réagir en cas de déploiement d'éléments de l'ABM en Ukraine.

    Lire aussi:

    L’Otan revoit ses relations avec Moscou sur fond de conflit en Ukraine
    Stoltenberg: l'Ukraine peut compter sur le soutien de l'Otan
    Géorgie-Ukraine: pas d'ABM américain en perspective (Nuland)
    Tags:
    défense antimissile, Iskander, OTAN, Dmitri Peskov, Alexandre Tourtchinov, Jens Stoltenberg, Crimée, Russie, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik