International
URL courte
1695
S'abonner

Les difficultés géopolitiques auxquelles la Russie est confrontée à cause de la situation en Ukraine font partie de l'instabilité qui s'étend à l'ensemble de l'Eurasie, estime un politologue américain qui y perçoit les conséquences de l'éclatement de l'URSS et de la fin de la "guerre froide".

La Russie n'est pas un "pauvre invalide" à sermonner ou ignorer, écrit George Friedman, directeur de Stratfor, société américaine privée de renseignement et d’analyse, dite la "CIA de l'ombre".

Moscou
© Sputnik . Vladimir Pesnya
Le politologue analyse la situation actuelle en Eurasie pour conclure que les pays du continent sont atteints non seulement d'un "mal économique commun", mais aussi d'une instabilité politique qui plongent leurs racines dans un seul et même événement qu'est l'éclatement de l'Union Soviétique.

"L'effondrement de l'URSS a déclenché des processus que les institutions de la +guerre froide+ ne pouvaient tout simplement pas gérer, alors que la +guerre froide+ a retardé l'apparition de nouvelles réalités", souligne M.Friedman.

Selon ce dernier, ces réalités se résument comme suit: l'Europe est un concert extrêmement fragmenté d'Etats nationaux. La Chine retient les forces centrifuges à l'aide d'un appareil répressif, alors qu'il existe au Proche-Orient des forces "fondamentales" qui se sont mises en mouvement. Une ceinture d'instabilité potentielle s'est formée entre les mers Baltique et Noire.

La place Rouge de Moscou
© Sputnik . Alexander Vilf
Quoi qu'il en soit, constate l'expert, la Russie ne s'est pas affaiblie après la dépression des années 1990, mais s'est transformée, au contraire, en "grande puissance régionale" qui exerce son influence non seulement sur la politique européenne, mais aussi sur les événements au Proche-Orient.

"Essayant d'+amortir ses pertes+ suite au changement de pouvoir en Ukraine, Moscou "s'est cependant heurté aux Etats-Unis", constate M.Friedman, prévenant que Washington ne pouvait et ne devait pas tenter de résoudre à lui seul tous les problèmes du monde.

Lire aussi:

La Russie gagne au jeu géopolitique (expert américain)
Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Voici pourquoi WhatsApp n’est pas utilisé par les hauts responsables de l’Onu
Tags:
Stratfor, CIA, George Friedman, Proche-Orient, URSS, Chine, Ukraine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik