International
URL courte
0 624
S'abonner

L'Union européenne fait pressions sur les pays du Partenariat oriental pour les contraindre d'adopter les décisions nécessaires, constate un eurodéputé letton du groupe S&D.

L'UE mène une politique cruelle à l'égard des pays du Partenariat oriental, en leur tordant les bras pour obtenir des résultats voulus, a déclaré à RIA Novosti Andrejs Mamikins, eurodéputé, dont le pays assure à présent la présidence tournante du Conseil de l'UE.

"L'Union européenne tord les bras aux pays du Partenariat oriental pour les contraindre d'adopter les décisions nécessaires (…) On exige de ces pays qu'ils condamnent la Russie, qu'ils mènent des réformes, en leur promettant des biens qu'ils ne reçoivent finalement pas du tout ou très peu", a indiqué M.Mamikins, du Groupe de l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen. 

Lancé en mai 2009, lors d'un sommet européen à Prague, le Partenariat oriental est un programme conçu par l'Union européenne pour six Etats d'Europe orientale et du Caucase: l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Géorgie, la Moldavie et l'Ukraine. Le programme ne prévoit pas leur adhésion à l'UE, mais vise un rapprochement politique et économique.

La Géorgie, la Moldavie et l'Ukraine ont déjà signé avec l'Union européenne des accords d'association et de libre-échange. Mais étant donné que les simples citoyens ne constateront pas avant longtemps les avantages desdits accords, l'Ukraine, la Géorgie et la Moldavie réclament des résultats plus concrets.

Le Mur de Bruxelles
© Sputnik .
Kiev et Tbilissi insistent notamment sur la levée des visas, qui serait une "carotte" pour leurs citoyens, les persuadant des avantages de la coopération avec l'UE. 

Quoi qu'il en soit, lors du sommet du Partenariat oriental qui s'est tenu les 21 et 22 mai à Riga, capitale lettone, l'Union européenne n'a pas reconnu les perspectives d'adhésion de ces pays et n'a pas aboli non plus les visas avec la Géorgie et l'Ukraine, Bruxelles reconnaissant, bien que de manière informelle, redouter un afflux de réfugiés ukrainiens.

Lire aussi:

Déçue par l’UE, la Moldavie regarde à nouveau vers la Russie
«Partenariat oriental» est impossible sans la Russie
L'Azerbaïdjan renonce à rejoindre l'UE
L'UE a raté son programme "Partenariat oriental" selon The Guardian
Tags:
Partenariat oriental, Conseil de l'Europe, Parlement européen, Union européenne (UE), Andrejs Mamikins, Azerbaïdjan, Moldavie, Arménie, Géorgie, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook