Ecoutez Radio Sputnik
    Référendum du 22 mai 2015 en Irlande

    Vatican: la légalisation des mariages homosexuels, une "défaite pour l'humanité"

    © AP Photo / Peter Morrison
    International
    URL courte
    44515

    Le secrétaire d'Etat du Vatican a qualifié la légalisation du mariage homosexuel en Irlande de "défaite pour l'humanité".

    L'approbation du mariage gay lors du référendum qui s'est déroulé le 22 mai en Irlande n'est pas "seulement une défaite des principes chrétiens, mais une défaite pour l'ensemble de l'humanité", estime le secrétaire d'Etat du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin.

    A l'issue du vote, 62,1% des Irlandais se sont prononcés pour l'ouverture du mariage aux couples homosexuels contre 37% de partisans du "non". L'Irlande est ainsi devenue le premier pays européen à légaliser le mariage gay par référendum.

    "Je suis très déçu par le résultat (du référendum, ndlr). L'Eglise doit dynamiser ses efforts afin de transmettre ce message", a déclaré le cardinal.

    L'idée d'autoriser le mariage homosexuel a obtenu le soutien le plus massif dans la capitale, Dublin (plus de 70% des votes).

    Un tel résultat témoigne des changements importants survenus dans la société irlandaise: il convient de noter que l'homosexualité n'a été décriminalisée en Irlande qu'en 1993.

    L'homosexualité n'est plus un sujet tabou dans la plupart des pays européens: les hommes politiques, les juges, les sportifs, les célébrités ne cachent plus leur orientation sexuelle non traditionnelle. Avant l'Irlande, dix-huit pays, dont treize Etats européens, ont déjà légalisé le mariage entre personnes de même sexe.

     

    Lire aussi:

    La Russie restreint l'adoption pour les pays autorisant le mariage gay
    France/mariage gay: pas de "clause de conscience" pour les maires réticents
    Le mariage gay, signe précurseur de la fin du monde (Patriarche)
    Tags:
    référendum, mariage gay, Église catholique, Vatican, Europe, Dublin, Irlande
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik