International
URL courte
Résiliation du contrat Mistral (128)
4528620
S'abonner

Pour régler le problème des Mistral, la France a formulé des conditions que la Russie a immédiatement rejetées.

Cherchant à régler la crise provoquée par le refus de livrer les porte-hélicoptères Mistral commandés par la Russie, Paris a formulé des conditions qui ont été jugées inacceptables par Moscou, a annoncé vendredi à Sputnik une source au courant de la coopération technico-militaire. 

Une délégation d'experts français est arrivée jeudi à Moscou pour évoquer ce problème avec leurs collègues russes. 

"A vrai dire, les négociations n'ont même pas commencé, car la France a émis des conditions inacceptables",  a déclaré l'interlocuteur de l'agence. 

Selon lui, "les Français sont repartis pour Paris, sans même descendre dans l'hôtel réservé à leur intention".

Les médias russes ont fait état, mi-mai, d'une information selon laquelle la France envisageait de proposer à la Russie environ 785 millions d'euros à titre de dédommagement pour la rupture du contrat sur les Mistral. Cette somme ne sera payée à la partie russe que contre une lettre autorisant la cession des porte-hélicoptères à un pays tiers.

Selon les médias français, le démantèlement des Mistral coûterait entre 15 et 20 millions d'euros pour chaque navire. Paris aurait proposé à Moscou de partager ces dépenses.

Dossier:
Résiliation du contrat Mistral (128)

Lire aussi:

Mistral pour la Russie: la saga pas encore finie?
La Russie pourrait construire des Mistral seule
Ex-ministre UMP: Il faut livrer les Mistral à la Russie
Va-t-on couler les Mistral non livrés à la Russie?
Tags:
négociations, Mistral, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook