International
URL courte
269515
S'abonner

La police suédoise, qui a violé la loi anti-discrimination, devra verser une indemnisation de 10.800 euros aux victimes.

Depuis plusieurs années, la police suédoise cherchait à camoufler des cas de discrimination contre les hommes blancs lors du recrutement à l'Académie de police. Toutefois, un tribunal de Stockholm vient de "mettre les points sur les i", a rapporté jeudi l'édition suédoise FriaTider.

D'après l'édition, des milliers de candidats passant les concours d'entrée à l'Académie de police ont été refusés en raison de discriminations sexuelles et raciales. Il est à noter que l’Académie a instauré depuis longtemps des quotas de femmes et de migrants. 

Le tribunal a décidé que la police devra payer 100.000 couronnes suédoises, soit environ 10.800 euros, à chaque victime dont Daniel Ståhl et trois autres plaignants.

"Ce qui s'est passé est très grave. La police a officiellement avoué avoir toléré des discriminations sexuelles et raciales. Nous allons être très attentifs pour que cela ne se reproduise plus jamais ni dans la police ni ailleurs", a déclaré Clarence Crafoord, directeur du Centre de Justice de Stockholm, qui a participé à cette affaire en tant qu'avocat.

Cependant, on ignore comment la police du pays gèrera les conséquences de cette affaire épineuse. Les forces de l'ordre suédoises, en cherchant à lutter tous azimuts contre les discriminations, sont elles-mêmes tombées dans "un piège législatif". Car en introduisant des quotas de membres des populations ”fragiles” (femmes, minorités ethniques), elle leur octroie un privilège qui discrimine de fait les membres de la majorité.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
«Je vais te venger»: la promesse de la femme du chauffeur tabassé jusqu’à la mort cérébrale à Bayonne
L’Égypte a besoin d’armes, la France répondra-t-elle présente?
Tags:
police, Suède
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook