International
URL courte
0 194
S'abonner

Les Etats-Unis ont officiellement retiré vendredi Cuba de la liste des Etats soutenant le terrorisme, une étape importante en vue du rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays mais la levée des sanctions économiques américaines visant l'île n'est pas encore à l'ordre du jour, rapporte Reuters.

Le président Barack Obama avait annoncé le 14 avril qu'il retirerait prochainement Cuba de la liste noire, ouvrant une période de 45 jours pendant laquelle le Congrès a pu examiner l'initiative de la Maison blanche.

Cette période a pris fin vendredi et le département d'Etat a formalisé la décision de Washington.

Barack Obama et Raul Castro, le dirigeant cubain, ont entamé en décembre dernier un processus devant mener dans un premier temps au rétablissement des relations diplomatiques, rompues depuis 1961, et à terme à une normalisation des relations entre les deux pays.

Le retrait de Cuba de la liste des Etats soutenant le terrorisme — sur laquelle l'île avait été placée en 1982 en raison du soutien de La Havane à des mouvements de guérilla en Amérique centrale — est de ce point de vue une décision symbolique, mais dont les effets concrets risquent de se faire attendre pour la population cubaine.

Car si cette mesure lève théoriquement l'interdiction pesant sur l'aide économique et les ventes d'armes, les sanctions resteront en vigueur dans le cadre de l'embargo imposé depuis une cinquantaine d'années.

"C'est une étape importante mais d'un point de vue pratique, la plupart des restrictions liées aux exportations et à l'aide économique resteront en vigueur en raison de l'embargo total sur le commerce et les armes", souligne un responsable américain s'exprimant sous le sceau de l'anonymat. Le Congrès à majorité républicaine a jusqu'à présent ignoré toutes les demandes de levée de l'embargo formulées par Barack Obama.

Les Etats-Unis et Cuba ont mené quatre sessions de négociations à haut niveau depuis décembre et semblent en revanche proches d'un accord sur la réouverture d'une ambassade américaine à La Havane. Le département d'Etat devra donner un préavis de 15 jours au Congrès avant que cette initiative ne soit effective.

 

Lire aussi:

Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Jean-Jacques Bourdin flashé à 186 km/h à plus de 100 km de son domicile, son permis de conduire confisqué
Un député français membre des Républicains qui avait été infecté au coronavirus est décédé
Alger rappelle «immédiatement» son ambassadeur à Paris après les documentaires sur le Hirak
Tags:
terrorisme, sanctions, Cuba, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook