Ecoutez Radio Sputnik
    Sevastopol mistral

    Mistral: la réputation de la France est en jeu

    © AFP 2017 GEORGES GOBET
    International
    URL courte
    Résiliation du contrat Mistral (128)
    14868312219

    Conclue en 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, la vente à la Russie de deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) n'a toujours pas eu lieu, ce qui affecte la réputation de la France, en tant qu'exportateur d'armements mondial.

    La France est aujourd'hui dans une situation extrêmement embarrassante à cause des deux porte-hélicoptères Mistral commandés par la Russie, mais que Paris refuse de livrer pas en raison de la crise ukrainienne, constate Reuters.

    Selon l'agence, la France doit obtenir un compromis quelconque pour sauver sa réputation d'exportateur d'armements et décider que faire de ces navires.

    "La France n'a désormais que trois variantes: vendre les Mistral à la Russie, les vendre à quelqu'un d'autre ou les détruire", a estimé, selon Reuters, une source proche du dossier.

    L'actuelle crise des Mistral remonte à 2011. A l’époque, le président français Nicolas Sarkozy a décidé de conclure le premier marché important depuis l'éclatement de l'URSS en matière d’armement entre la France, en tant que la représentante de l'Occident, et la Russie, lit-on dans l'article.

    A l'heure actuelle, François Hollande se heurte à d'immenses difficultés dans la réalisation de cette initiative de son prédécesseur pour des raisons politiques. Dans le cas des Mistral, la réputation de la France en tant qu'exportateur d'armements est en jeu. Par ailleurs, le règlement du problème des porte-hélicoptères peut coûter très cher à Paris, préviennent les auteurs de l'article. 

    Pour le moment, la livraison des navires n'est pas annulée formellement, mais plutôt repoussée sine die. Si Paris refuse officiellement de les livrer à la Russie, cette dernière réclamera non seulement le remboursement de l'acompte, mais aussi de toutes ses dépenses: Moscou compte toucher plus d'un milliard d'euros. Par ailleurs, il ne sera pas facile de revendre les Mistral, Moscou ayant rappelé que les navires ont été construits sur sa commande et que, dans une telle éventualité, il en allait de la sécurité nationale de la Russie.

    A l'heure actuelle, l'entretien des deux Mistral commandés par la Russie coûte à la France cinq millions de dollars par mois.

    Dossier:
    Résiliation du contrat Mistral (128)

    Lire aussi:

    Mistral pour la Russie: des négociations tournent court à Moscou
    Mistral pour la Russie: la saga pas encore finie?
    BPC Mistral: la farce n'a que trop duré!
    Tags:
    Mistral, Nicolas Sarkozy, François Hollande, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik