International
URL courte
Le sommet du G7 en Allemagne (22)
21239
S'abonner

L'ancien chancelier fédéral Helmut Schmidt n'attend pas grand-chose du sommet du G7 au château d'Elmau, car cette rencontre aura lieu en l'absence du président russe.

L'ex-chancelier allemand Helmut Schmidt (96 ans) critique la décision des dirigeants du G7 de se réunir en Bavière en excluant le président russe Vladimir Poutine, écrit le magazine Bild.

"Mes attentes concernant ce sommet sont limitées", a déclaré l'ancien chef du gouvernement fédéral à l'agence DPA.

La rencontre doit avoir lieu les 7 et 8 juin au château d'Elmau.

Selon Helmut Schmidt, le président russe aurait accepté l'invitation si elle avait été faite en bonne et due forme. "Poutine est offensé, car il pense que l'Occident ne le prend pas suffisamment au sérieux", a ajouté l'ex-chancelier allemand.

Il a dans une certaine mesure soutenu la politique de Vladimir Poutine, qui a abouti sur l'isolement de ce dernier en Occident.

"Poutine est le seul à avoir rétabli l'Etat russe après les pratiques du Far West qui caractérisaient la présidence de Boris Eltsine", a souligné Helmut Schmidt.

L'ex-chancelier a exclu la possibilité d'un conflit armé entre la Russie et l'Occident.

"Ni Poutine, ni (le président américain Barack) Obama ne veulent la guerre. La Crimée n'est pas une raison de faire la guerre. Même l'Ukraine toute entière ne constitue ni pour Poutine ni pour Obama une raison sérieuse pour déclencher des hostilités", a ajouté M. Schmidt.

Selon lui, la Russie et l'Occident poursuivront des négociations difficiles, qui ne donneront visiblement pas de résultats positifs pendant encore très longtemps.

Dossier:
Le sommet du G7 en Allemagne (22)

Lire aussi:

Bild: Obama pourrait boycotter le sommet du G7 en Allemagne
Le chef de la diplomatie allemande opposé à la participation de Vladimir Poutine au G7
Ces 17 millions de Français seront prioritaires pour obtenir le vaccin anti-Covid
«La France est soumise»: Onfray critique la réaction de la France suite aux insultes proférées par Erdogan
Tags:
sommet du G7 de 2015, Helmut Schmidt, Vladimir Poutine, Bavière, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook