International
URL courte
0 162
S'abonner

Près d’un millier de djihadistes sont aujourd'hui d’origine marocaine, et le Maroc ne cache pas son inquiétude face à ce phénomène.

Neuf membres présumés d’une "cellule terroriste" liée à l’organisation djihadiste Etat islamique (EI) ont été arrêtés mercredi au Maroc, annonce le ministère de l’Intérieur de ce pays dans un communiqué. 

Selon le ministère, ces individus, dont un ancien détenu appartenant à "un réseau terroriste en relation avec Al-Qaïda en Irak", sont soupçonnés d’avoir établi des liens avec les responsables de l’EI pour faciliter les départs de combattants marocains volontaires vers l’Irak et la Syrie.  

Cette cellule de recrutement pour le compte de l'Etat islamique opérait dans plusieurs localités du Maroc. Par ailleurs, l'EI a créé des "cellules dormantes" sur l'ensemble du territoire marocain. 

Une enquête est ouverte, et tous les recruteurs présumés de l'EI seront traduits en justice. 

Près d’un millier de djihadistes sont aujourd'hui d’origine marocaine, et le Maroc ne cache pas son inquiétude face à ce phénomène. 

Créé en 2006 en Irak, l'EI a proclamé en juillet 2014 un califat islamique sur les territoires irakiens et syriens sous son contrôle. Ce groupe lié à Al-Qaïda, qui compterait près de 30.000 combattants selon la CIA, poursuit son offensive.

Depuis août, une coalition internationale conduite par les Etats-Unis effectue des frappes contre les positions des djihadistes de l'EI en Irak et depuis septembre, en Syrie.

L'EI retient plusieurs milliers d'otages. Les hostilités ont déjà coûté la vie à des milliers de civils et fait des centaines de milliers de réfugiés.

Lire aussi:

Il faut mener une guerre mondiale correcte et juste contre l’EI
Fabius: pas de victoire sur l'EI en Irak sans transition politique en Syrie
L'EI affirme pouvoir obtenir prochainement la bombe atomique
Un véhicule fonce dans la foule en Allemagne: 30 blessés, une enquête pour «tentative de meurtre» ouverte
Tags:
Etat islamique, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook