Ecoutez Radio Sputnik
    Хакер

    Les Etats-Unis accusent des hackers chinois de piratage à grande échelle

    © Photo. Paolese
    International
    URL courte
    12005338

    Le gouvernement américain a annoncé jeudi avoir établi le piratage informatique de données personnelles appartenant à quatre millions d'employés fédéraux. Selon le Washington Post, l’attaque aurait été perpétrée en décembre par des Chinois.

    Cette «cyber-intrusion» a été détectée en avril 2015 par l'Office of Personnel Management (OPM), qui gère les effectifs du gouvernement et attribue les accréditations à ses membres. Il s'agirait du deuxième piratage majeur de cette agence perpétré par la Chine.

    Dans un communiqué, l'OPM affirme que les données personnelles de quatre millions d'employés du gouvernement seraient compromises. Cette agence a eu recours à de nouveaux outils informatiques ces derniers mois qui lui ont permis de détecter cette attaque quatre mois après son lancement.

    Le FBI a de son côté indiqué qu’il prenait très au sérieux toutes les attaques contre les systèmes du secteur public et privé».

    L’année dernière, les autorités américaines avaient accusé la Russie d’intrusion dans les systèmes de courrier électronique de la Maison blanche et du Département d’Etat dans le cadre d’une campagne de cyber-espionnage. D'après la CNN, bien que l'attaque en question ait été réalisée depuis des ordinateurs se trouvant dans plusieurs pays du monde, les experts ont réussi à établir qu'elle avait été coordonnée par des hackers "travaillant pour le compte du gouvernement russe".

    Lire aussi:

    Le Daily Mail effraie les Britanniques avec des "hackers russes"
    Le site du Wall Street Journal attaqué par des hackers chinois

    Lire aussi:

    Yahoo piraté: pour le FBI, ça sent le complot russe
    Wikileaks aidera les sociétés informatiques à se protéger contre la CIA
    Yahoo piraté: pour le FBI, ça sent le complot russe
    Reuters: des «sources informées» parlent d'«agents russes» piratant En Marche sur FB
    «Pandemic», un nouveau malware de la CIA dévoilé par WikiLeaks
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik