Ecoutez Radio Sputnik
    Ballons avec les images des dirigeants du G7

    G7 sans la Russie: Moscou gagnant sur tous les tableaux

    © REUTERS/ Wolfgang Rattay
    International
    URL courte
    Le sommet du G7 en Allemagne (22)
    1115101748

    L’absence de la Russie au sommet du G7 ne traduit pas nécessairement l'isolement de Moscou, et contribue paradoxalement à rendre le Kremlin encore plus indépendant, estime l'hebdomadaire allemand Die Zeit.

    Le rapprochement avec le monde occidental ne constitue plus la valeur absolue pour la Russie aujourd'hui, écrit le journal Die Zeit au sujet de la non-participation de Vladimir Poutine au sommet du G7.

    "Le président russe aura-t-il le cœur gros dimanche prochain au Kremlin en raison de la rencontre des dirigeants du G7 dans le château d'Elmau sans la partie russe? C'est peu probable. Les jours où le président russe s'efforçait de se tenir aux côtés de ses homologues occidentaux sont irrémédiablement derrière nous", écrit Die Zeit.

    Selon le journal, Moscou est déçu par l'Europe et les Etats-Unis, qui ont manifesté à son encontre hypocrisie et indécision.

    Néanmoins, la Russie est loin d'être isolée sur la scène internationale. Ces derniers temps, les leaders européens affluent les uns après les autres en Russie. Il ne s'agit pas seulement du premier ministre grec Alexis Tsipras. Récemment, le premier ministre slovaque s'est rendu à Moscou. Dans quelques jours, Vladimir Poutine partira pour Rome afin de visiter le pavillon russe de l'Expo-2015. Le leader russe devrait obtenir une audience privée avec le pape François au Vatican.

    G7
    © Sputnik. Григорий Сысоев
    Selon Die Zeit, l'absence de la Russie au sommet du G7 semble bien insignifiante compte tenu de la coopération intense avec la Chine et des activités réalisées dans le cadre de l'Organisation de coopération de Shanghai.

    Dans la situation actuelle, le Kremlin n'a rien à perdre, mais tout à gagner. La Russie obtient plus de liberté afin de mener sa propre politique en toute indépendance estime l'hebdomadaire allemand.

    Le G8 s'est transformé en G7 en mars 2014 suite à la décision de sept grandes puissances économiques mondiales (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Royaume-Uni et Japon) d'exclure la Russie du groupe sur fond de montée des tensions autour de la crise en Ukraine et en réaction à l'adhésion de la Crimée à la Russie.

    Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a indiqué à l'époque que personne n'avait exclu la Russie du G8, ses partenaires n'étant tout simplement pas venus au sommet de Sotchi.

    Dossier:
    Le sommet du G7 en Allemagne (22)

    Lire aussi:

    Merkel: le G7 ne peut pas régler le conflit ukrainien sans la Russie
    G7 vs. G8: le chef de la diplomatie allemande appelle à réintégrer la Russie
    Ex-chancelier Helmut Schmidt: "Poutine est offensé"

    Lire aussi:

    Macron prône un dialogue «exigeant» avec Moscou sur la Syrie et l’Ukraine
    «En l’absence de la Russie et de la Chine, le G7 n’est plus d’actualité»
    Moscou menace de quitter le partenariat antiterroriste si les sanctions étaient renforcées
    Le G7 se réserve le droit de décreter de nouvelles sanctions contre Moscou
    Diplomate russe: les résultats du G7 «révèlent les contradictions transatlantiques»
    Tags:
    Die Zeit, sommet du G7 de 2015, Vladimir Poutine, Bavière, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik