Ecoutez Radio Sputnik
    Un débris du Boeing 777 malaisien

    Crash du vol MH17: des documents officiels accusant Kiev refont surface

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    261269
    S'abonner

    Des internautes ont trouvé la preuve de la présence de systèmes de missiles sol-air Bouk-M1 au sein de l'armée ukrainienne au moment du crash du Boeing 777 malaisien.

    Des utilisateurs de Twitter ont trouvé sur le site du ministère ukrainien de la Défense une information prouvant le transfert à l'armée ukrainienne de systèmes sol-air Bouk-M1 un mois avant le crash du Boeing 777 malaisien, annonce lundi un correspondant de Sputnik.

    Les internautes ont retrouvé sur le site du ministère ukrainien de la Défense un communiqué daté du 6 juin contenant une description détaillée du transfert à Kharkov, contrôlée par les militaires ukrainiens, de missiles Bouk-M1 destinés à être réparés.

    Auparavant, un conseiller du président ukrainien Piotr Porochenko avait démenti les informations sur la présence de systèmes Bouk-M1 au sein des forces armées le 17 juillet 2014, jour du crash de l'avion malaisien.

    La semaine dernière, le consortium de défense antiaérienne russe Almaz-Anteï a publié un rapport indiquant qu'un missile Bouk 9М38-М1 a selon toute vraisemblance causé la catastrophe, sans exclure d’autres hypothèses. Ce modèle, utilisé par l’armée ukrainienne, aurait été tiré depuis un territoire alors contrôlé par les militaires ukrainiens. Les forces armées russes utilisent les missiles Bouk de version 9M37, tandis que les missiles Bouk 9М38-M1 ne sont plus fabriqués en Russie depuis 1999. En 2005, l'Ukraine disposait de 991 missiles 9М38-М1.

    Le Boeing 777 de Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala Lumpur avec 283 passagers et 15 membres d'équipage à bord s'est écrasé le 17 juillet 2014 dans la région de Donetsk (sud-est de l'Ukraine) sans laisser de survivants. L'appareil volait à 10.050 mètres d'altitude. Les autorités de Kiev ont accusé les insurgés du Donbass d'être à l'origine du crash. Ces derniers ont pour leur part affirmé ne pas disposer de systèmes capables d'abattre un avion à cette altitude.

    Lire aussi:

    Crash en Ukraine: la version du missile incriminé plus utilisée par la Russie
    Vol MH17: Kiev a falsifié certaines informations (BND)
    Tags:
    MH17, Bouk-M1, ministère ukrainien de la Défense, Kiev, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik