International
URL courte
1420134
S'abonner

La guerre du Vietnam a commencé par l'envoi d'instructeurs avant de dégénérer en intervention de grande envergure, ce qui n'est pas sans rappeler le scénario actuel en Ukraine, indique un analyste.

Quelques 300 parachutistes américains ont été déployés dans l'ouest de l'Ukraine pour entraîner des soldats ukrainiens chargés de combattre les "séparatistes prorusses" dans le sud-est du pays, rapporte NBC, indiquant que cela irrite Moscou.

"Les militaires américains entraînent des soldats ukrainiens à la porte de la Russie, et le régime de Vladimir Poutine considère cette démarche comme une provocation pure et simple", note le correspondant de NBC qui s'est rendu récemment sur le polygone de Iavorov, près de Lvov, où les parachutistes de la 173e brigade aéroportée américaine entraînent les membres de la Garde nationale d'Ukraine.

Des Américains avaient déjà participé à des manœuvres conjointes avec l'armée ukrainienne, mais c'est la première fois qu'ils entraînent les soldats ukrainiens à la demande de Kiev, selon NBC. 

"Le Kremlin le voit d'un très mauvais oeil", constate le correspondant. 

"Tout cela montre que les Etats-Unis entendent rester en Ukraine", suppose de son côté l'analyste militaire du Centre d'analyse des stratégies et des technologies (Moscou), Maxim Chapovalenko.

Et d'ajouter que tout cela rappelait les événements d'il y a 50 ans au Vietnam.

"Au début, avant de dégénérer en intervention militaire plein format, la participation américaine au conflit vietnamien s'était également limitée au travail d'instructeurs", rappelle l'expert.

Lire aussi:

Moscou préoccupé par l'arrivée d'instructeurs militaires US en Ukraine
Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Après le Covid-19, la Chine voit ressurgir un virus mortel transmis par les tiques
Une «cause extérieure»: le capitaine qui a transporté le nitrate d'ammonium parti en fumée à Beyrouth s’exprime
Tags:
Maxim Chapovalenko, Ukraine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook