International
URL courte
6437
S'abonner

Le journal russophone ukrainien Vesti a accusé les autorités du pays de pratiquer le "terrorisme moral" à l'encontre des membres de la rédaction.

Le quotidien ukrainien Vesti a fait état des pressions exercées sur les membres de la rédaction par le Service fiscal du pays qui les convoque régulièrement pour interrogatoire.

Selon le journal, ces pressions concernent les personnes ayant reçu des transferts financiers de la part de la société fondatrice du quotidien. Il s'agit notamment de 242 journalistes.

Vesti considère cette pratique comme une tentative d'intimidation entreprise à l'encontre de la rédaction.

"Nous ne refusons pas de coopérer avec l'instruction, mais la tendance à convoquer massivement les collaborateurs du journal pour leur faire subir un interrogatoire n'a aucune explication logique et ne peut être considérée autrement que comme une forme de terrorisme moral", a indiqué le quotidien dans un communiqué dont l'agence Sputnik a obtenu copie.

Ce n'est pas la première fois que Vesti fait l'objet de pressions. Ce périodique, qui n'hésite pas à critiquer les autorités de Kiev, a déjà été attaqué par des nationalistes et perquisitionné par les forces de l'ordre.

Lire aussi:

Interpellation de journalistes russes à Kiev: Moscou dénonce une provocation
Moscou appelle Kiev à cesser d'intimider les journalistes russes
Kiev: une attaque contre journalistes russes, Moscou lance une enquête criminelle
Ukraine: 35 journalistes russes interdits d'entrée (Kiev)
Tags:
perquisition, interrogatoire, Kiev, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook