International
URL courte
281568
S'abonner

Selon un sondage réalisé par le Pew Research Center, la plupart des habitants des pays membres de l'Otan ne sont pas prêts à entrer en conflit militaire en cas d'éventuelle agression russe.

Le centre de recherche américain Pew Research a réalisé une enquête parmi les habitants des pays membres de l'Otan sur une éventuelle agression russe. Les résultats de l'enquête ont révélé que la plupart des personnes répondant aux questionnaires n'avaient pas envie de mener une guerre contre la Russie malgré le Traité prévoyant la solidarité entre les membres de l'Otan en cas d'agression, écrit The Wall Street Journal.

"Nous sommes sûrs qu'il s'agit d'un réel problème pour l'avenir de l'Otan. Ainsi en Allemagne le soutien à l'Alliance est passé en deux ans de 59% à 55% (…). Cela représente un défi pour les dirigeants qui essaient d'aplanir les différences entre leurs pays. Ils devront travailler dur afin de façonner une opinion publique commune", a déclaré l'un des auteurs du sondage, Kathy Simmons, cité par le Wall Street Journal.

D'après le sondage, 56% des Américains prônent la résolution d'un conflit éventuel par voix militaire. La plupart des Canadiens, des Britanniques et des Polonais se sont aussi prononcés "pour". Tandis que la majorité des personnes interrogées en France, en Allemagne et en Italie sont contre le recours à la force militaire en cas d'agression éventuelle contre l'un des pays de l'Alliance. En particulier, en Allemagne 58% des personnes interrogées se sont prononcés contre un tel scénario.

"La plupart des gens des pays de l'Otan ne veulent pas participer aux activités militaires contre la Russie. C'est exact et justifié. Même si les opinions publiques sont attentives aux intentions et actions russes (image négative de l'URSS…), elles ont mis à nu les mensonges des hommes politiques européens (et les manipulations américaines via l'Otan) et les erreurs diplomatiques", a déclaré à l'agence Sputnik l'universitaire, avocat et homme politique français Henri Temple, auteur du livre "Théorie Générale de la Nation".

Dans une interview récente au journal italien Corriere della Sera, Vladimir Poutine a démenti toutes les accusations des Occidentaux concernant une éventuelle agression russe. Selon le chef du Kremlin, la Russie ne cherche pas à provoquer un conflit avec qui que ce soit. Toutes les démarches russes constituent une réponse face aux menaces qui pèsent sur la Russie.

Lire aussi:

Otan-Russie: les divergences ne sont plus uniquement tactiques
La Russie n'attaque pas l'Occident, mais défend ses intérêts (Poutine)
Poutine: l'Occident a perdu le contrôle de la situation en Ukraine
Plusieurs navires en proie aux flammes dans un port iranien - vidéos
Tags:
agression, OTAN, Henri Temple, Vladimir Poutine, Allemagne, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook