Ecoutez Radio Sputnik
    Logo de Kaspersky Lab

    Nucléaire iranien: un virus lié à Israël a espionné les négociations

    © Flickr / Andrzej Cybulski
    International
    URL courte
    11129
    S'abonner

    Kaspersky Lab, société russe de sécurité informatique, a dévoilé qu'un logiciel-espion, qui serait utilisé par Israël, avait attaqué les ordinateurs de trois hôtels européens qui avaient accueilli les participants aux négociations sur le dossier nucléaire iranien, rapporte The Wall Street Journal.

    D’après Kaspersky Lab, ce logiciel avait pour but d’espionner les pourparlers entre Téhéran et les Six médiateurs internationaux sur le nucléaire iranien (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie).

    Les experts affirment que ledit logiciel est une version améliorée du cheval de Troie Duqu qui permet aux pirates informatiques d'obtenir des informations sur le système d'exploitation, de rechercher des fichiers, mais aussi de s'informer sur les méthodes de cryptage et d’intercepter les mots de passe utilisés.

    Des responsables américains et plusieurs experts dans le domaine sont persuadés que le virus Duqu a été élaboré afin de recueillir des données pour Israël. Des cybercriminels ont été soupçonnés pour la première fois d’espionner les négociations avec l’Iran en 2014.

    Précisons que conformément à la politique de confidentialité de l’entreprise, Kaspersky Lab n’a pas explicité l’implication israélienne dans la contamination des ordinateurs mais a cependant appelé le virus Duqu Bet dans son rapport, où Bet fait référence à la deuxième lettre de l’alphabet hébreu.

    Lire aussi:

    Cyber-espionnage: un réseau global découvert par des experts russes
    Cyber-sécurité: Moscou et Washington déterminés à agir ensemble (experts)
    Cyber-espionnage: un réseau couvrant 40 pays découvert par des experts russes
    Tags:
    cyberespace, cybersécurité, espionnage, virus Duqu, Kaspersky Lab, Iran, Israël, programme nucléaire iranien
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik