Ecoutez Radio Sputnik
    L’Iran lance un concours de caricatures

    Iran: concours de caricatures sur les frappes au Yémen

    Twitter
    International
    URL courte
    1491
    S'abonner

    Les dessinateurs du monde entier ont décidé de s'en prendre par crayons interposés à l'opération menée contre les civils yéménites par la coalition conduite par l'Arabie saoudite.

    Barack Obama, François Hollande, Benjamin Netanyahu et le roi Salmane d'Arabie saoudite sur fond de bombes larguées sur le sol yéménite, telles sont les caricatures qui seront exposées, à partir de jeudi 11 juin, à Téhéran lors d'un concours visant à dénoncer l'opération arabe contre le Yémen. 

    "Les dessinateurs du monde entier ont décidé de s'en prendre par crayons interposés à l'opération menée contre les civils yéménites par la coalition conduite par l'Arabie saoudite", a déclaré dans une interview accordée à Sputnik Persian le directeur de ce concours de caricatures, Seyed Mas’ud Shojaei Tabatabaei. 

    Et d'ajouter que Riyad perpétrait cette agression avec la bénédiction et sous le contrôle des Etats-Unis.

    "L'Arabie saoudite s'est lancée dans cette aventure après une rencontre de son chef de diplomatie avec le président américain Barack Obama. (…) Tout indique que des personnalités bien concrètes sont derrière la guerre déclenchée au Yémen, et leurs caricatures sont exposées, entre autres, à notre concours-exposition", a indiqué le responsable. 

    Caricatures sur les frappes de la coalition au Yémen
    Caricatures sur les frappes de la coalition au Yémen

    "Les participants ont parodié ces personnalités politiques pour mobiliser l'opinion internationale contre les crimes perpétrés contre la population civile du Yémen en détresse", a-t-il souligné. 

    A signaler que Téhéran a déjà organisé fin mai un concours similaire de caricatures pour dévoiler le vrai visage de l’organisation djihadiste Etat islamique et dénoncer ses crimes. Cette initiative a eu un large retentissement sur tous les continents.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik