International
URL courte
1211
S'abonner

Washington compte renforcer son dispositif de lutte contre l’Etat islamique en Irak sans changer de stratégie de fond, qui exclut la participation de soldats américains aux opérations de combat au sol.

Le président américain Barack Obama vient d’autoriser le déploiement de 450 conseillers militaires supplémentaires dans la province irakienne d’al-Anbar, rapportent jeudi les médias internationaux en référence à une déclaration de la Maison Blanche. 

"Envoyés à la demande du premier ministre irakien, Haïdar al-Abadi, ces 450 militaires américains auront pour objectif de former l’armée irakienne, majoritairement composée de chiites, et d’y intégrer les combattants sunnites hostiles à l’Etat islamique", stipule le texte. 

Ces renforts s’ajouteront aux 3.100 conseillers et experts américains déjà présents sur le terrain. Ainsi, les Etats-Unis compteront désormais 3.550 soldats en Irak. Les livraisons d’armes et d’équipements, y compris aux combattants des tribus et aux peshmergas (combattants kurdes, ndlr) qui opèrent sous commandement irakien, doivent également être renforcées sur ordre du président américain. 

Environ 9.000 soldats irakiens ont reçu une formation militaire de base dispensée par les Etats-Unis et d’autres Etats membres de la coalition internationale anti-djihadiste. 3.000 autres militaires irakiens suivent une formation à l'heure actuelle. Les militaires irakiens déjà formés ont été déployés à proximité de Samarra (nord de Bagdad), en compagnie des peshmergas dans le nord du territoire irakien et dans la province d’al-Anbar, plus précisément à al-Karmah. 

Le Pentagone a tenu à affirmer que ces militaires supplémentaires ne prendraient pas part aux opérations de combat au sol, tout comme leurs prédécesseurs sur place. Leur rôle sera limité à "entraîner, conseiller et aider" les forces de sécurité irakiennes sur la base d’al-Taqadoum dans la province d’al-Anbar. L'objectif est de reprendre le contrôle de la ville de Ramadi, chef-lieu de cette province, dont la chute a choqué Washington. 

Créé en 2006 en Irak, l'EI a proclamé en juillet 2014 un califat islamique sur les territoires irakiens et syriens tombés sous son contrôle. Le groupe lié à Al-Qaïda, qui compterait près de 30.000 combattants selon la CIA, poursuit son offensive.

Depuis août dernier, une coalition internationale conduite par les Etats-Unis effectue des frappes contre les positions des djihadistes de l'EI en Irak et depuis septembre, en Syrie.

Lire aussi:

Lutte contre l'EI: Londres enverra 125 instructeurs supplémentaires en Irak
Irak: des armes et des instructeurs italiens pour combattre l'EI
La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Une adolescente de 17 ans tuée à coups de couteau dans le Val-de-Marne
Tags:
Etat islamique, Pentagone, Barack Obama, États-Unis, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook