Ecoutez Radio Sputnik
    Personne âgée

    Allemagne: les personnes âgées encore marquées par la propagande nazie

    © Flickr/ VinothChandar/cc-by
    International
    URL courte
    14187586

    Une équipe de sociologues suisses a analysé les sentiments antisémites au sein de la population allemande et a constaté l'efficacité de la propagande de Goebbels.

    Les sociologues suisses ont découvert que la propagande nazie avait été très efficace: la part des antisémites parmi les personnes âgées nées dans les années 1920-1930 est 2 à 3 fois supérieure à celle constatée chez les jeunes Allemands, selon un article de la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

    Après l'arrivée d'Hitler au pouvoir, les organes d’État et de parti allemands menaient une propagande active de haine raciale contre les Juifs, les Tziganes, les Slaves et autres nationalités "ennemies du Reich". Le ministère de la propagande de Goebbels ne se limitait pas à la radio et à la presse, et publiait de nombreux livres et manuels scolaires pour justifier et argumenter les "raisons biologiques" de la politique d'Hitler.

    Nico Voiglaender et son collègue Hans-Joachim Voth, de l'université de Zurich, ont décidé de découvrir s'il restait des traces de cette propagande nazie au sein de la société allemande contemporaine, et si oui, d'évaluer son efficacité.

    À cet effet, les sociologues ont analysé les données recueillies lors des sondages ALLBUS pour évaluer les sentiments de la société allemande entre 1996 et 2006. Ces études d'opinion questionnaient aussi sur l’attitude de la population envers les Juifs.

    Comme le soulignent les chercheurs, le sondage a été mené auprès des jeunes mais aussi de nombreux Allemands nés dans les années 1920-1930 à l'époque du troisième Reich. Cela a permis à  Voiglaender et Voth de jauger à quel point leur attitude envers les Juifs se distinguait des opinions des Allemands dont l'éducation et l'enseignement n'avaient pas été affectés par la propagande nazie.

    Il s'avère que la propagande de Goebbels a été très efficace: en moyenne, parmi les Allemands nés dans les années 1920-1930, on compte 2 à 3 fois plus d'antisémites francs et radicaux par rapport à d'autres catégories d'âge.

    Même constat parmi les citoyens ayant des sentiments anti-juifs modérés: les personnes âgées nées à l'époque du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) en nourrissent toujours plus que les enfants des années 1940 ou 1920.

    Les succès de la propagande allemande, selon les sociologues, s'expliquent par le fait que l'antisémitisme ne s'est pas propagé sur du vide. Les chercheurs expliquent qu'en Allemagne, depuis l'unification du pays dans les années 1870, il existait déjà de forts sentiments antisémites et d'autres partis, hormis le NSDAP, les exploitaient. Le régime nazi n'a fait que les renforcer et leur a permis d'évoluer sans aucune restriction.

    Même aujourd'hui, affirment Voiglaender et Voth, la lutte contre l'héritage du nazisme en Allemagne et en Europe n'est pas terminée. Selon eux, grâce à la propagande de Goebbels, environ 20% des Allemands ne sont toujours pas prêts à faire confiance aux Juifs, près d'un quart ne sont pas d'accord pour laisser leurs enfants se marier avec eux et 17% pensent que les Juifs sont eux-mêmes responsables de leurs malheurs.

    Tout cela indique qu'il est extrêmement difficile d'éradiquer les stéréotypes culturels enracinés.

    Lire aussi:

    En Allemagne, l'antisémitisme croissant chez les musulmans inquiète les Juifs
    Antisémitisme: la violence physique cède la place aux agressions en ligne
    Opinion allemande formée par les médias: comme sous le IIIe Reich, «mais en plus élégant»
    Tags:
    nazisme, propagande, antisémitisme, sondage, IIIe Reich allemand, NSDAP, Université de Zurich, Hans-Joachim Voth, Nico Voiglaender, Suisse, Europe, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik