Ecoutez Radio Sputnik
    Ursula von der Leyen

    Armes lourdes en Europe de l'Est: Berlin salue les projets US

    © AP Photo / Thomas Peter, Pool
    International
    URL courte
    348117
    S'abonner

    La ministre allemande de la Défense a approuvé les projets américains de déploiement d'armements lourds en Europe de l'Est, en estimant que les pays dans cette partie du continent avaient besoin de protection face à la "menace russe".

    La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, a soutenu les projets américains de déploiement d'armes lourdes dans les pays d'Europe de l'Est, rapporte l'agence DPA.

    "C'est une mesure pertinente en matière de défense", a déclaré Mme von der Leyen, citée par l'agence.

    Et d'ajouter qu'il était important de protéger les pays d'Europe de l'Est qui "se sentaient menacés par la Russie" depuis le rattachement de la Crimée à celle-ci.

    "En 60 ans au sein de l'Otan, les Etats-Unis nous ont également protégés en Allemagne", a affirmé la ministre. 

    Selon les médias, l'Otan se propose de déployer en Europe de l'Est des chars et d'autres armements lourds, ainsi que des troupes supplémentaires pour pouvoir faire face à une éventuelle "menace russe". Par ailleurs, l'Alliance argumente la nécessité de multiplier ses exercices en Europe par le fait que celle-ci est aujourd'hui coincée entre la "menace russe" à l'est et la menace de l'Etat islamique au sud. 

    Lundi, le Wall Street Journal (WSJ) a rapporté, en référence à la secrétaire à la Force aérienne des Etats-Unis, Deborah Lee James, que Washington pensait à envoyer en Europe des avions de chasse F-22 Raptor dans le cadre du renforcement envisagé de ses forces sur le continent en raison de la détérioration des relations avec la Russie. Selon le WSJ, Mme James a encouragé les alliés de l'Otan à augmenter les dépenses militaires "face à la menace émanant de la Russie".

    Tags:
    armes lourdes, OTAN, Ursula von der Leyen, Europe de l'Est, Allemagne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik