International
URL courte
171113
S'abonner

En pleine angoisse mondiale sur les conséquences d'un possible défaut de paiement d'Athènes, un audit commandé en avril par la présidente du Parlement grec, réalisé par des experts internationaux, conclut jeudi que "la Grèce ne devrait pas payer cette dette illégale, illégitime et odieuse".

Le rapport, présenté mercredi et jeudi au parlement grec, détaille la mise en oeuvre des deux plans de sauvetage internationaux, en 2010 et 2012, qui prévoient 240 milliards d'euros de prêts en échange de mesures économiques et sociales qui ont mis la Grèce sur le flanc.

Parmi les experts réunis par la présidente, très à gauche, du Parlement hellénique Zoé Konstantopoulou beaucoup sont membres du Comité pour l'annulation de la dette du tiers monde (CADTM), dont le Belge Eric Toussaint, l'un des fondateurs du comité, auteur de nombreux ouvrages sur la dette et la mondialisation.

Leurs conclusions sont sans appel. D'abord, la dette grecque peut être considérée comme "illégale" car "les lois européennes et internationales ont été bafouées, tout comme les droits de l'homme pour mettre en place" ces programmes.

Deuxièmement, beaucoup des prêts consentis "sont illégitimes car ils n'ont pas été utilisés au bénéfice de la population mais pour sauver les créanciers privés de la Grèce".

Enfin, ces plans de sauvetage sont "odieux car les créanciers et la Commission européenne connaissaient leurs conséquences possibles" mais "ont fermé les yeux sur les violations des droits de l'Homme" qu'ils ont engendrées.

"Illégale", "illégitime", "odieuse", la Commission conclut très clairement: "La Grèce ne doit pas payer cette dette".

 

Lire aussi:

Grexit: la Banque de Grèce tire la sonnette d'alarme
Grèce: le FMI suspend les négociations, faute de progrès
La Grèce rembourse 750 M EUR au FMI
Historique: le PSG se qualifie pour les demi-finales de la Ligue des champions pour la 1ère fois depuis 1995
Tags:
dette, Europe, Grèce
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook