International
URL courte
41093
S'abonner

Le coût d'un véhicule s'élève à 51.000 livres sterling.

L'armée ukrainienne a reçu 55 véhicules blindés britanniques Saxon, a annoncé le conseiller du président ukrainien Piotr Porochenko, Iouri Birioukov.

"55 véhicules blindés sont arrivés en Ukraine et se trouvent actuellement sur le territoire d'une unité militaire", a écrit M.Birioukov sur sa page Facebook.

Selon le responsable, le coût d'un blindé s'élève à 51.000 livres sterling.

Auparavant, une vingtaine de blindés Saxon ont été livrés en Ukraine par une société privée britannique en vertu d'un contrat signé en 2013. Le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense ukrainien (SNBO) Alexandre Tourtchinov a annoncé que ces véhicules devraient être modifiés, car ils avaient été livrés sans armement.

Les livraisons ont été cependant critiquées par l'ex-commandant en chef de l'armée britannique Richard Dannat, qui a qualifié les véhicules de camions semi-blindés de "non adaptés aux conditions de la guerre".

"Les déclarations selon lesquelles le Royaume-Uni fait preuve de son soutien à l'Ukraine en livrant à Kiev des véhicules retirés de service pour des raisons de sécurité il y a dix ans semblent assez étranges", a indiqué le général.

Les véhicules blindés Saxon ont été construits dans les années 1970 dans l'objectif d'assurer un moyen efficace de transporter des troupes à de longues distances.

Précédemment, un Saxon s'est renversé sur la route reliant Kiev à Kharkov, causant la mort du conducteur. Une enquête a été ouverte par l'armée ukrainienne suite à l'incident.

Lire aussi:

Ukraine: un nouvel échec d'un blindé britannique fait rire la Toile
Ukraine/est: le blindé de Tourtchinov visé par des tirs
Ukraine: accident de blindés britanniques, un mort
La Syrie promet d'abattre tout avion violant son espace aérien
Tags:
véhicules blindés, armée, Saxon, Conseil de sécurité et de défense nationale (SNBO), Alexandre Tourtchinov, Iouri Birioukov, Petro Porochenko, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook