Ecoutez Radio Sputnik
    Giscard d’Estaing et Vladimir Poutine

    Giscard d’Estaing "prend tout le monde à contrepied" en soutenant Moscou

    © Sputnik . Alexey Nikolskiy
    International
    URL courte
    943166

    En prenant position en faveur de la Russie, l'ancien président français Valéry Giscard d’Estaing a pris à revers une classe politique française et européenne qui n'ose critiquer la ligne aveuglément proaméricaine de l'Europe occidentale à l'égard de la Russie, écrit l'ancien diplomate Roland Hureaux.

    "En prenant une position favorable à Poutine dans l'affaire ukrainienne, Valéry Giscard d'Estaing a pris tout le monde à contrepied", estime M. Hureaux dans les colonnes d’Atlantico.

    Il rappelle qu'après sa rencontre avec Vladimir Poutine en mai 2015, l'ancien président français, généralement considéré comme un libéral proaméricain, a commencé à manifester des positions prorusses, notamment sur la Crimée et la crise ukrainienne.

    VGE a souligné que les sanctions antirusses "ne sont pas dans l'intérêt de l'Europe, mais sont contraires au droit international".  

    "Les relations entre l'Europe et la Russie seraient meilleures si Bruxelles était réellement indépendant", a déclaré l'ancien président.

    Notons que la position de M. d'Estaing est proche de celle de l'ancien chancelier allemand Helmut Schmidt, qui a fustigé la politique irresponsable de Bruxelles et a, dans une certaine mesure, soutenu la politique de Vladimir Poutine.

    M. Hureaux affirme qu'en adoptant cette position audacieuse, Valéry Giscard d'Estaing "va dans le sens de l'opinion française éclairée, celle qui ne se laisse pas influencer par le matraquage anti-Poutine des médias, une opinion de plus en plus décalée par rapport à la position officielle de Hollande — et de la direction de l'UMP". Il explique que s’il n'y a pas longtemps, les partisans de la politique russe n'étaient pas nombreux, mais qu'actuellement "presque personne, en dehors de quelques intellectuels ne prend plus parti pour les Etats-Unis dans les affaires de l'Ukraine".

    M. Hureaux finit par conclure: "il ne s'agit bien entendu pas d'être pro-ceci ou pro-cela. Il s'agit que notre diplomatie soit celle de nos intérêts et non pas des intérêts de quelqu'un d'autre".


    Lire aussi:

    Rome: l’UE doit continuer le dialogue avec la Russie malgré les sanctions
    Tags:
    crise en Ukraine, opinion française éclairée, sanctions, Atlantico, Roland Hureaux, Helmut Schmidt, Valéry Giscard d'Estaing, Vladimir Poutine, France, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik