Ecoutez Radio Sputnik
    Angela Merkel et Francois Hollande

    Ukraine: Merkel et Hollande estiment les progrès "insuffisants"

    © REUTERS / Grigory Dukor
    International
    URL courte
    401187
    S'abonner

    Le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel ont estimé que les progrès en Ukraine sont "insuffisants". Ils sont arrivés à cette conclusion après un entretien téléphonique de 45 minutes avec le chef de l’Etat russe Vladimir Poutine.

    Durant cette conversation, les dirigeants de la France et de l'Allemagne "ont soulevé la nécessité d'exercer des pressions sur les parties dans le cadre d'une situation tendue", estimant que "les progrès [étaient] insuffisants", selon une source dans l'entourage du président français.

    Cette conversation avait pour but de "faire une évaluation de la mise en œuvre des accords de Minsk" sur la paix en Ukraine. M. Hollande et Mme Merkel ont souligné la nécessité de "travailler, aller plus dans la mise en œuvre de ces accords et avoir plus de résultats". Avant de contacter M. Poutine, les dirigeants de la France et de l'Allemagne s'étaient entretenus par téléphone avec le président ukrainien Piotr Porochenko ce matin.

    Par ailleurs, la question des sanctions n'a pas été évoquée. Rappelons qu'aujourd'hui même, les chefs de la diplomatie de l'Union européenne ont prolongé jusqu'à fin janvier 2016 les sanctions économiques infligées à Moscou en raison de son rôle dans le conflit en Ukraine. Ces sanctions visant l'économie russe devaient arriver à expiration fin juillet.

    Lire aussi:

    Ukraine: un haut gradé de l'armée passe du côté des insurgés du Donbass
    Ukraine: les radicaux exigent que Porochenko renonce aux accords de Minsk
    Ukraine: arrivée de 55 blindés britanniques Saxon
    Ukraine: l'Otan préoccupée par la présence d'extrémistes dans l'armée
    Tags:
    accords de Minsk, sanctions, Petro Porochenko, Vladimir Poutine, Angela Merkel, François Hollande, Donetsk, Donbass, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik