International
URL courte
6035
S'abonner

Au cours des prochaines années, les effectifs de la force de réaction de l'Otan seront portés de 13.000 à près de 40.000 soldats, a indiqué le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg.

L'Otan envisage de porter les effectifs de sa force de réaction jusqu'à 40.000 personnes, a annoncé mercredi le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg, lors d'une conférence de presse tenue dans le cadre d'une réunion des ministres de la Défense des pays alliés à Bruxelles.

"Sept alliés européens prendront la tête de la force de réaction au cours des prochaines années. Six nouveaux états-majeurs seront mis en place dans la partie est de l'Alliance. Tous les alliés feront des contributions substantielles à notre présence renforcée dans l'air, en mer et sur terre", a déclaré Jens Stoltenberg cité par le site internet de l'Otan.

Selon lui, l'Alliance atlantique prendra des décisions pour augmenter davantage les effectifs et les capacités opérationnelles de sa force de réaction qui compte actuellement 13.000 militaires.

Cette force "comprendra 30.000 à 40.000 soldats, soit plus que le plus du double de sa taille actuelle".

Jens Stoltenberg a également invité les ministres de la Défense à adopter des décisions permettant "d'augmenter la disponibilité et la réactivité" des forces de l'Otan et "d'accélérer la prise de décisions politiques et militaires".

En février 2015, M. Stoltenberg a annoncé l'intention de l'Alliance de multiplier par deux la force de réaction en la portant à environ 30.000 soldats. Selon lui, cette force doit pouvoir "réagir aux défis lancés à la sécurité par la Russie, ainsi qu'aux risques existant au Proche-Orient et en Afrique du Nord".

Lire aussi:

Otan: la Force de réaction rapide ne fait pas le poids face à la Russie
L'Otan crée une force à haute disponibilité opérationnelle
Otan: une Force expéditionnaire unifiée créée par sept pays
La crise ukrainienne pousse l'Otan à créer une force de réaction rapide
Tags:
augmentation, Force de réaction de l'OTAN (NRF), OTAN, Jens Stoltenberg, Europe de l'Est
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook